Göta älv

fleuve de Suède, émissaire du Vänern

le Göta älv
Illustration
Les chutes de Trollhättan.
le Göta älv sur OpenStreetMap.
Caractéristiques
Longueur 93 km ou 731 km[1]
Bassin 50 115 km2 [1]
Bassin collecteur Göta älv
Débit moyen 565 m3/s [1]
Cours
Source Vänern
· Localisation Vänersborg
· Coordonnées 58° 22′ 41″ N, 12° 21′ 33″ E
Embouchure Cattégat
· Localisation Göteborg
· Altitude m
· Coordonnées 57° 40′ 59″ N, 11° 50′ 59″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Suède Suède

Le Göta älv est un fleuve de Suède, émissaire du Vänern à Vänersborg.

GéographieModifier

Il se jette dans le Cattégat à Göteborg après un parcours de 93 km. Si l'on tient compte du Vänern et de son principal tributaire, le Klarälven, on obtient un système d'une longueur d'environ 731 km[1]. L'étendue de son bassin versant (50 115 km2[1], dont 42 468 km2 en Suède et le reste en Norvège) et son débit moyen de 565 m3/s[1] en font le plus puissant fleuve de Suède.

À hauteur de Kungälv, avant d'atteindre la mer, le fleuve se divise en deux : le bras septentrional devient le Nordre älv, le bras méridional reste le Göta älv. Ces deux bras délimitent l'île de Hisingen.

Le cours du fleuve a été aménagé, notamment aux chutes de Trollhättan : construction d'un canal (Trollhätte kanal), d'une centrale hydraulique (Trollhättans kraftverk), d'écluses. Praticable et régulé, il lie les ports du Vänern à la mer. En effet, il fait partie du canal Göta.

Le fleuve était, lors de la révolution industrielle au XIXe siècle, une voie de communication importante. Il procurait aussi l'énergie nécessaire aux industries sidérurgiques de Trollhättan.

HydrologieModifier

Son module est de 565 m3/s[1].

ÉtymologieModifier

Le terme älv signifie « fleuve » en suédois ; Göta se rapporte à la région traversée par le fleuve : le Götaland.

 
Le Göta älv à Göteborg à environ un kilomètre de la mer.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

 

Les coordonnées de cet article :

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g (sv) « Sveriges vattendrag », sur SMHI (consulté le 6 décembre 2020).