Ouvrir le menu principal

Gérard Simon (historien)

philosophe et historien des sciences français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simon et Gérard Simon.

Gérard Simon, né le et décédé le , est un historien des sciences français. Ancien élève de l'École normale supérieure, il fut professeur émérite à l'Université Lille III. Sous la direction de Ferdinand Alquié, il a consacré sa thèse de doctorat à Kepler, Structures de pensées et objets de savoir chez Kepler (publiée en 1979 chez Gallimard sous le titre Kepler astronome astrologue).

L'originalité de Gérard Simon est de proposer une pratique de l'épistémologie et de l'histoire des sciences aux antipodes de celle de Gaston Bachelard. Pour Gérard Simon, l'inscription culturelle des sciences est fondamentale : son travail ne consiste pas à opposer une alchimie préscientifique à une chimie devenue scientifique en insistant sur une coupure épistémologique. Au contraire, il s'agit d'étudier un savoir en devenir, qui peut prendre la forme de l'alchimie à une époque donnée, puis de la chimie à partir d'une certaine époque. En Kepler, il n'y a pas lieu d'opposer l'astrologue et l'astronome, puisque les deux coexistent ensemble. Il s'agit d'étudier les conditions de possibilité, les structures du savoir consacré aux astres au début du XVIIe siècle : ce savoir prend parfois la forme de l'astrologie, parfois de l'astronomie. Certains travaux (rédaction d'almanachs et de calendriers) nécessitent d'ailleurs une compétence d'astronome jointe à une compétence d'astrologue.

La pratique historienne de Gérard Simon a contribué à réhabiliter le travail du Kepler astrologue, trop souvent nié par l'historiographie positiviste. En refusant de séparer l'astrologue de l'astronome, Gérard Simon offre enfin aux historiens le moyen de comprendre ces œuvres magistrales que sont le Mysterium cosmographicum (1596) et l'Harmonice Mundi (1619).

ŒuvresModifier

  • Kepler astronome astrologue. Paris, Gallimard, 1979. (Bibliothèque des sciences humaines). (ISBN 2-07-029971-6).
  • Le regard, l'être et l'apparence dans l'optique de l'Antiquité. Paris, Seuil, 1988. (Des travaux). (ISBN 2-02-009932-2).
  • Sciences et savoirs aux XVIe et XVIIe siècles. Lille, Presses du Septentrion, 1996. (Savoirs et système de pensée. Histoire des sciences). (ISBN 2-85939-506-7).
  • Archéologie de la vision : l'optique, le corps, la peinture. Paris, Seuil, 2003. (Des travaux). 290p. (ISBN 2-02-058091-8).
  • Sciences et histoire. Paris, Gallimard, 2008. (Bibliothèque des sciences humaines). (ISBN 978-2-07-078477-6).
  • Kepler, rénovateur de l'optique ; texte édité par Delphine Bellis et Nicolas Roudet, préface d'Edouard Mehl. Paris : Classiques Garnier, 2019. (Histoire et philosophie des sciences ; 19). (ISBN 978-2-406-08013-8).

Critiques et recensionsModifier

  • Noël Mouloud, recension de Kepler astronome astrologue dans la Revue de métaphysique et de morale, vol. 86, n° 2 (1981), p. 281-284.
  • Jean Pouillon, La vérité dans son puits culturel, in : Le temps de la réflexion 1 (Paris : Gallimard, 1980), p. 419-422. <à propos de Kepler astronome astrologue>
  • Numéro spécial de la Revue d'histoire des sciences, ISSN 0151-4105, vol. 60-1 (2007), consacré à Gérard Simon.
  • Jean-Paul Thomas, Quand les symboles font avancer la connaissance, in : Le Monde des livres, 15 février 2008. <à propos de Sciences et histoire>
  • Sabine Rommevaux, Gérard Simon, architecte des savoirs, in : L'Humanité, 29 juin 2009.
  • Sabine Rommevaux, Gérard Simon (1930-2009), Archives internationales d'histoire des sciences, vol. 59, no 162 (2009), p. 326-328.
  • Philippe Hamou, In memoriam Gérard Simon (1931-2009), Revue d'histoire des sciences, vol. 62/2 (2009), p. 511-516.
  • Jacques Girault, Simon Gérard, in : Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social [= Maitron], tome 11. Période 1940-1968, sous la dir. de Claude Pennetier et Paul Boulland (Paris : Éditions de l'Atelier / Éditions ouvrières, 2015), p. 340a-340b.

PrixModifier

  • Prix Gegner 2003[1].

RéférencesModifier

Liens externesModifier