Francisca Mutapi

parasitologue et immunologue

Francisca Mutapi est une biologiste zimbabwéenne, professeure en matière d'infection et d'immunité en santé mondiale, codirectrice de la Global Health Academy de l'université d'Édimbourg et directrice adjointe de l'unité de recherche en santé mondiale du National Institute for Health Research (en) sur la lutte contre les infections au profit de l'Afrique. Elle est la première femme noire connue pour avoir obtenu un poste de professeur à l'université d'Édimbourg[1].

Francisca Mutapi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Formation
Université du Zimbabwe
Linacre college. Oxford, GB (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Conjoint
Mark Woolhouse (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Black Female Professors Forum (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Enfance et éducationModifier

Mutapi est née et a grandi au Zimbabwe[2]. Elle a obtenu son diplôme de premier cycle en sciences biologiques en 1991 à l'université du Zimbabwe, remportant le prix du meilleur étudiant en BSc et le prix du meilleur étudiant BSc Honours en sciences biologiques[3]. Elle a obtenu un doctorat en sciences biologiques à l'université d'Oxford, en tant que boursière Beit Trust. Elle est diplômée du Linacre College (en) d'Oxford[4].

CarrièreModifier

 
Le cycle de vie de la bilharziose (schistosomiase).

Après avoir obtenu son doctorat, la formation postdoctorale de Mutapi s'est déroulée à l'Institut de médecine tropicale d'Anvers de 1997 à 1999. Elle a ensuite suivi un cours au St Hilda's College d'Oxford au département de zoologie[2]. Elle a également travaillé au Département de microbiologie du Birkbeck Collegede l'université de Londres et au Département d'études cliniques vétérinaires de l'université de Glasgow[5].

En 2002, Mutapi a rejoint l'université d'Edimbourg pour une bourse de formation du Medical Research Council[3]. En tant que chargée de conférences à l'École des sciences biologiques de l'Université d'Édimbourg, la recherche de Mutapi portait sur la santé mondiale et les maladies tropicales, se spécialisant en particulier dans l'étude de la bilharziose, une maladie causée par un ver parasite qui se développe chez les escargots[5]. Son travail a contribué à donner la priorité à la bilharziose en tant que problème de santé publique par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et la société pharmaceutique Merck KGaA.

En 2012, Mutapi a été l'un des membres fondateurs de l'Académie des Jeunes de la Royal Society of Edinburgh[6]. Elle a été élue membre de l'Académie africaine des sciences en 2015 et est membre de l'Académie des sciences du Zimbabwe[7].

Mutapi est actuellement professeure en infectiologie et immunité en santé mondiale, et elle est co-directrice de la Global Health Academy de l'Université d'Édimbourg[7]. Mutapi est également directeur adjoint de l'Unité de recherche en santé mondiale des NIHR TIBA (Tackling Infections to Benefit Africa), qui adopte une approche holistique de la mise en œuvre de la recherche sur les politiques factuelles dans les pays africains, en tenant compte de la science, des défis technologiques et de la socio-économie[8].

En 2018, Mutapi a reçu le Chancellor's Award for Impact de l'université d'Édimbourg en reconnaissance de son travail sur le traitement de la bilharziose[9]. L'année suivante, Mutapi a été nommée membre du conseil consultatif du UK Global Challenges Research Fund[10].

En plus de son travail scientifique, Mutapi est une artiste peintre, utilisant les fonds de son travail pour soutenir l'éducation au Zimbabwe[1],[11].

RechercheModifier

Le laboratoire de Mutapi à l'Université d'Édimbourg, le Parasite Immuno-epidemiology Group, étudie les réponses immunitaires aux helminthes chez les individus et les populations, principalement en Afrique[12].

De plus, ses recherches visent à développer une formulation de praziquantel, le seul médicament efficace contre l'infection à la schistosomiase, pour les enfants[8]. Actuellement, le médicament est une grosse pilule que les enfants des zones à haut risque ont du mal et sont souvent réticents à prendre.

Il n'existe actuellement aucun vaccin contre les infections par les vers helminthes, y compris la bilharzia. Mutapi est une pionnière des approches protéomiques pour développer de nouveaux vaccins candidats pour ces parasites. Cela implique l'utilisation de la spectrométrie de masse pour trouver des antigènes parasites (protéines qui activent une réponse immunitaire adaptative) qui sont des ingrédients pour des vaccins efficaces[12].

Dans les régions les plus pauvres de l'Afrique, la co-infection par plusieurs agents pathogènes différents est courante. Mutapi a fait œuvre de pionnier dans la recherche de nombreux exemples de cela, tels que les co-infections du paludisme et de la schistosomiase, et les infections par plusieurs espèces différentes de Plasmodium[13].

Vie privéeModifier

Mutapi est mariée à Mark Woolhouse, professeur d'épidémiologie des maladies infectieuses. Ils ont une fille[14].

RéférencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Francisca Mutapi » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b (en) « Linacre College Oxford News Autumn 2017, Issue 52 », Linacre College, Oxford,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. a et b (en) « Member Spotlight for Dr. Francisca Mutapi | Connecting our members with evidence and expertise », www.ghdonline.org (consulté le )
  3. a et b (en) « Prof Francisca Mutapi | Parasite Immuno-epidemiology Group », pig.bio.ed.ac.uk (consulté le )
  4. (en) « Alumna awarded Professorship at University of Edinburgh | Linacre College », www.linacre.ox.ac.uk (consulté le )
  5. a et b (en) Media, « Science Scotland », www.sciencescotland.org (consulté le )
  6. (en-GB) « Future Africa », www.futureafrica.science (consulté le )
  7. a et b (en-GB) « WHO Guideline Development Group proposal. Guidelines for implementation of control and elimination of schistosomiasis and verification of interruption of transmission », World Health Organization (consulté le )
  8. a et b (en) « The African-led TIBA partnership: tackling neglected diseases | Pediatric Praziquantel Consortium », www.pediatricpraziquantelconsortium.org (consulté le )
  9. (en) « Professor Francisca Mutapi awarded Chancellor’s Award for Impact », The University of Edinburgh,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « Strategic Advisory Group - UK Research and Innovation », www.ukri.org (consulté le )
  11. (en) « Artists and Illustrators: Francisca Mutapi », www.artistsandillustrators.co.uk (consulté le )
  12. a et b (en) « Parasite Immuno-epidemiology Group Research », pig.bio.ed.ac.uk (consulté le )
  13. (en) Osakunor, Sengeh et Mutapi, « Coinfections and comorbidities in African health systems: At the interface of infectious and noninfectious diseases », PLOS Neglected Tropical Diseases, vol. 12, no 9,‎ , e0006711 (ISSN 1935-2735, PMID 30235205, PMCID 6147336, DOI 10.1371/journal.pntd.0006711)
  14. Man cleared in ‘go home’ race row on Lismore, The Oban Times

Liens externesModifier