Ouvrir le menu principal
Dans le nom hongrois Illy Ferenc, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français Ferenc Illy, où le prénom précède le nom.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Illy.
Ferenc Illy
Illy Ferenc.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Hongrois, Italien (-), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Domicile
Formation
Piarist High School, Timișoara (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Francesco Illy, né Ferenc Illy le à Temesvár (actuelle Timișoara) et mort en 1956 à Trieste, est un entrepreneur et commerçant hongrois naturalisé italien, fondateur de l'entreprise de torréfaction Illy[1].

BiographieModifier

Ferenc Illy naît dans une famille de Transylvanie. Il est hongrois par son père, János Illy, et allemand par sa mère Aloisa Rössler. Baptisé à l'église paroissiale Notre-Dame-de-la-Nativité de Józsefváros (Iosefin, actuel quatrième arrondissement de Timișoara), il suit un cursus scolaire catholique, lequel l'amène à fréquenter le lycée piariste de la ville. Il quitte sa ville de naissance à vingt-deux ans, alors qu'il est enrôlé dans l'armée austro-hongroise au début de la Première Guerre mondiale. Il combat sur plusieurs fronts et prend notamment part aux batailles de Kraśnik et de l'Isonzo. Après le conflit, il décide de s'installer à Trieste où il épouse une professeur de piano d'origine italienne.

C'est à Trieste qu'il entame une carrière au sein d'entreprises de torréfaction, d'où il tire un savoir-faire qu'il met rapidement à profit. C'est de cette expérience que lui vient l'idée d'améliorer le mode de conservation et de distribution du café fraîchement torréfié. En 1933, il fonde l'entreprise Illy et en 1935, il dépose le brevet de la première machine à café expresso : l'« Illetta »[2],[3].

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (it) « Dialogue avec Riccardo Illy », sur Orizzonticulturali.it
  2. (en) Nicholas Stein, « Crisis in a Coffee Cup », Fortune,‎ (lire en ligne)
  3. (en) John Tagliabue, « Coffeehouses as Fashion Boutiques; Selling Cachet by the Cup », The New York Times,‎ (lire en ligne).