Ouvrir le menu principal
Francesco Iacurto
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
Nationalité
Activité
Distinctions

Francesco Iacurto est un peintre canadien né à Montréal (Québec) le 1er septembre 1908 et mort le 7 juillet 2001 à Québec.

Sommaire

BiographieModifier

Francesco Iacurto, décédé à l’âge de 92 ans d’une défaillance cardiaque, consacrait encore quelques heures par jour à son art, dans le studio de sa résidence de Sainte-Foy. La veille, il devait être reçu Chevalier de l’Ordre de la Pléiade[1]. Son père Joseph Iacurto, est un photographe italien arrivé à Montréal en 1898[2]. Il a épousé Laurette Asselin.

À 15 ans, premier et plus jeune élève de la nouvelle École des beaux-arts de Montréal, il en recevra un diplôme de professeur de dessin en 1928 et sera reconnu pour ses paysages et ses portraits. Il poursuit ses études à Paris d’où il revient en 1929 pour enseigner à l’École des beaux-arts de Montréal. Il a immortalisé les personnalités connues tel les Maurice Duplessis, Jean Lesage, Antonio Barrette, et des artistes comme René Richard, ...[1],[3].

Un regard limpide sur l’humain et son environnement, imprégné d’une lumière subtile, donne un sentiment de calme et de sérénité à chaque peinture, que ce soit dans les jardins du Vatican, à Venise, dans Charlevoix ou dans le Vieux-Québec. Ses portraits témoignent d’une sensibilité exceptionnelle qui saura toujours charmer, séduire et émouvoir[2].

Selon Hugues de Jouvencourt, « depuis qu’il habite la très pittoresque ville de Québec, Francesco Iacurto n’a cessé de lui prouver son attachement, sa passion. Mieux que tout autre peintre, il a su saisir le cachet particulier de la vieille cité et en exprimer tout le charme; un peu comme Utrillo le fit pour Montmartre… »[3],[4].

Il est exposé à la Galerie nationale du Canada, au parlement de Québec, au Sénat du Canada, à Rideau Hall et au Musée national des beaux-arts du Québec[1],[2], où il laisse désormais toute la place à son œuvre[3].

Musées et collections publiquesModifier

HonneursModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Claudette Samson, « Francesco Iacurto meurt à 92 ans », Le Soleil, Coup d'oeil sur les régions,‎
  2. a b et c Éric Etter, « Hommage à Francesco Iacurto », Revue Prestige, Culture,‎
  3. a b et c Régis Tremblay, « Iacurto a tenu le pinceau jusqu'à la fin », Le Soleil, Extra, Arts et Spectacles,‎
  4. Hugues de Jouvencourt, « Biographie », Biographie de Francesco iacurto,‎
  5. « Francesco Iacurto | Collection Musée national des beaux-arts du Québec », sur collections.mnbaq.org (consulté le 12 mai 2019)

Liens externesModifier