Ouvrir le menu principal

ÉlaborationModifier

Cette préparation fromagère est élaborée à base de fromage frais de chèvre et de picodon ou de rigotte de Condrieu devenus trop secs. Il faut râper les fromages secs et écraser les frais à la fourchette[1].

Préparation et affinageModifier

Frédéric Zégierman, journaliste gastronomique, explique : « Dans un gros pot de grès, alterner une couche de fromage râpé avec une couche de fromage frais écrasé. Tasser l’ensemble. Hacher l’ail. Saupoudrer le dessus du pot d’une cuillerée à soupe de poivre, ainsi que de l’ail haché. Arroser avec un verre d'eau-de-vie et un verre d'huile d’olive. Fermer le pot. L’oublier dans un endroit frais pour trois mois. Le foudjou sera prêt lorsque apparaîtra sur le dessus une pellicule rougeâtre[1]. ». Il est à noter que dans la Drôme, on ajoute en plus un verre de vin blanc[2]. A la campagne, la maturation du fromage peut durer jusqu’à un an. La préparation est parfois servie mélangée à du fromage frais, sur de larges tranches de pain de campagne[1].

Dénominations différentes pour le même fromageModifier

Le foudjou est aussi écrit et prononcé foujou dans la région de Crest[3].

Accord mets/alcoolModifier

La quasi majorité des fromages sont dégustés avec du vin, mais quelques-uns comme les fromages forts se révèlent parfaits mariés aux single malts. Le foudjou peut être associé avec The Glenlivet, de 12 ans d'âge, un single malt du Speyside classique ou tout autre whisky de la même classe[4].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier