Ouvrir le menu principal

Fortune carrée (roman)

livre de Joseph Kessel

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Fortune carrée.

L'Équipage
Auteur Joseph Kessel
Pays France
Genre roman d'aventures
Éditeur Éditions de France
Date de parution 1932
Nombre de pages 435

Fortune carrée est un roman d'aventures de Joseph Kessel publié en 1932.

Le roman tire son nom de la fortune carrée, voile carrée qui se grée sur la vergue de bâtiments à voiles auriques et qui ne sert qu'à fuir la tempête, droit devant soi.

HistoriqueModifier

C'est fin 1930 que Joseph Kessel entreprit la rédaction de ce roman, inspiré par son périple du début d'année au Yémen, en mer Rouge et en Éthiopie-Somalie lors duquel il fait la rencontre d'Henri de Monfreid. À la suite de cette rencontre, Kessel pousse Montfreid à publier ses écrits. De son côté, Kessel écrit son roman qui met en scène deux hommes violents et sans attaches : Hakimoff et Henri de Monfreid, dans un cadre époustouflant.

RésuméModifier

Un bâtard kirghiz doit s'enfuir de Sanaa, capitale de Yémen. Après diverses péripéties, il se mêle à une insurrection où il est fait prisonnier. On lui donne comme épreuve de se battre en combat singulier contre un guépard qu'il parvient à tuer.

Peu après, il s'évade et réussit à s'embarquer clandestinement sur un boutre que deux Français ont chargé d'une cargaison d'armes. Surpris par une tempête sur la mer Rouge, le bateau vient près de sombrer, mais atteint in extremis les rivages d'une île inhospitalière, où les naufragés sont attaqués qui parviennent à fuir.

Les deux Français, Mordhom et le jeune Philippe, sont liés d'une amitié très profonde, bien qu'ils se connaissent depuis peu. À la tête d'une caravane de mulets, ils prennent la route et connaissent de nombreuses difficultés. Les actions de Philippe soulignent son manque d'expérience, mais non de sa force de caractère et de sa valeur. Il n'arrivera pas au bout de l'aventure. Mordhom parvient seul à écouler les armes.