Ouvrir le menu principal

Forêt du Lioran
Localisation
Coordonnées 45° 05′ 25″ nord, 2° 44′ 50″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Cantal
Géographie
Superficie 1 550 ha
Altitudes mini. 1000 m — maxi. 1537 m
Compléments
Protection Réserve biologique intégrale, Zone Natura 2000 des Monts du Cantal et Parc naturel régional des volcans d'Auvergne
Statut Domaniale, départementale, communale, sectionale et privée
Administration Office national des forêts
Essences sapins, hêtres

Géolocalisation sur la carte : Auvergne

(Voir situation sur carte : Auvergne)
Forêt du Lioran

Géolocalisation sur la carte : Cantal

(Voir situation sur carte : Cantal)
Forêt du Lioran

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Forêt du Lioran

La forêt du Lioran est une forêt française située dans la vallée de l'Alagnon dans le Cantal, en Auvergne. Elle s'étend sur 1 550 hectares sur la commune de Laveissière.

Elle forme, avec la forêt domaniale de Murat, un important massif forestier continu de plus de 2 600 hectares.

Situation géographiqueModifier

Située dans le département du Cantal, elle s'étend sur 1 550 hectares dans la vallée de l'Alagnon.

Elle se constitue de plusieurs forêts dont la forêt domaniale du Plomb du Cantal (30 hectares), la forêt communale de Laveissière (650 hectares), les forêts sectionales de la Bourgeade (38 hectares), de Combrelles (36 hectares), de Malpertuis (31 hectares), de la Bastide/Chambeuil (30 hectares), de la Chassagne (11 hectares), de Fraisse-Bas (5 hectares, du Chambon (4 hectares), des Gouttes (3 hectares) et de Grand-Champ (2 hectares), de plusieurs forêts privées dont la forêt de Belles-Aigues (550 hectares), et de la forêt départementale située sur le domaine skiable de la station du Lioran (50 hectares).

Elle se répartit de la manière suivante : 45 % est communale, 36 % est privée, 14 % est sectionale, 3 % est départementale et 2 % est domaniale.

TopographieModifier

Située en zone de moyenne montagne de 1 000 à 1 537 mètres d'altitude, la forêt est dominée par plusieurs sommets formant le versant est du volcan du Cantal :

ClimatModifier

Le climat est de type montagnard avec des précipitations importantes.

L'hiver, le climat est très rude et les chutes de neige sont abondantes, si bien que cette saison dure de novembre à avril et que certains névés peuvent subsister sur les hauteurs de la forêt jusqu'en juillet, voire, quelques rares années, faire la jonction avec les chutes de neige de l'hiver suivant. Le givre, l'action du vent et le poids de la neige occasionnent de nombreux chablis : arbres renversés ou cassés.

SolsModifier

Le sol est formé soit d'éboulis de roches andésiques noyés la plupart du temps par une couche de terre humifère, soit par des boues et graviers glaciaires. Cela engendre un sol généralement filtrant, léger, entretenu par une humidité atmosphérique souvent forte.

HistoireModifier

Au Moyen Âge, la forêt du Lioran appartenait aux seigneuries de la vallée (Chambeuil, Anterroches et Combrelles). La forêt constituait une importante richesse dans cette région enclavée et pauvre. Dès 1292, une charte de franchise donna des droits d'usage aux Valagnons (habitants de l'actuelle commune de Laveissière). De tout temps, la forêt alimenta les peurs des passants à cause de son aspect obscur et était peuplée d'ours (jusqu'au XIVe siècle), de loups et de brigands.

Après des siècles d'exploitation modestes, la Révolution industrielle vient marquer un tournant dans l'histoire de la forêt du Lioran. En effet, l'arrivée du chemin de fer la traversant va faciliter son exploitation. De nombreux moulins à scie sont construits sur les rives de l'Alagnon du Lioran jusqu'à Laveissière. Alors que les majestueux sapins, parfois plusieurs fois centenaires, font l'émerveillement des touristes bourgeois et des poètes, la forêt connait une importante surexploitation que dénoncera de sa plume Camille Gandilhon Gens d'Armes. La forêt retrouvera son équilibre au courant du XXe siècle.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la forêt du Lioran devient un des hauts lieux de la résistance couronnés par la Bataille du Lioran.

La forêtModifier

CompositionModifier

La forêt est principalement constituée de l'association végétale sapin-hêtre, le premier s'élevant jusqu'à 1 500 mètres d'altitude tandis que l'autre pousse jusqu'aux estives.

À ces essences naturelles s'ajoutent des essences plantées artificiellement comme l'épicéa, le mélèze et le pin sylvestre.

GestionModifier

La forêt est gérée par l'Office national des forêts, à l'exception de la forêt départementale.

FauneModifier

La forêt du Lioran est particulièrement giboyeuse. On trouve dans ses bois le cerf, la biche et le chevreuil, mais aussi le sanglier, le mouflon, le renard, le blaireau et même le loup.

Flore et protectionModifier

Située dans le Parc des volcans d'Auvergne et dans la Zone Natura 2000 des Monts du Cantal, la forêt du Lioran bénéficie d'une autre protection, assez rare cette fois : une Réserve biologique intégrale (RBI). La RBI de Chamalière/Peyre-Ourse interdit toute activité sylvicole, de chasse ou de pastoralisme dans une partie de la forêt pour la conservation et l'étude de certaines espèces floristiques remarquables. Elle s'étend sur 205 hectares dont 145 en forêt domaniale de Murat et 60 en forêt du Lioran.

AccèsModifier

Hormis les huit kilomètres de route nationale qui la traverse, la forêt du Lioran compte cinq kilomètres de routes goudronnées (route forestière de Belles-Aigues) et plusieurs autres chemins d'exploitations naturels.