Forêt de la Lande

forêt française

Forêt de la Lande
Image illustrative de l’article Forêt de la Lande
La forêt de la Lande à hauteur de Saint-Genis-de-Saintonge
Localisation
Position Canton de Cozes, canton de Saint-Genis-de-Saintonge, canton de Mirambeau, canton de Gémozac.
Coordonnées 45° 28′ 00″ nord, 0° 38′ 00″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Département Charente-Maritime
Géographie
Superficie 5 000 ha
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
Forêt de la Lande
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Forêt de la Lande

La Forêt de la Lande, qui s'étend sur deux arrondissements de la Charente-Maritime, est avant tout une vaste pinède, présentant les mêmes caractéristiques que celles du massif forestier de la Double saintongeaise.

Avec une superficie totale évaluée à 5 000 hectares[1], elle est de fait la troisième plus vaste forêt de Charente-Maritime, se situant après le massif forestier de la Double saintongeaise et la Forêt de la Coubre.

Situation géographiqueModifier

La Forêt de la Lande est située dans le sud-ouest du département de la Charente-Maritime, s'étendant sur le canton de Saint-Genis-de-Saintonge et le canton de Mirambeau, dans l'arrondissement de Jonzac, au sud-est, et sur les cantons de Cozes et de Gémozac dans l'arrondissement de Saintes, au nord-ouest. Le massif forestier suit l'orientation géographique de la Seudre en épousant les lignes de force de la géologie et de la tectonique du département.

C'est dans la Forêt de la Lande que se situe le lieu de source de la Seudre, au site du Lycée privé agricole Saint-Antoine dans la commune de Bois. Depuis son lieu de source jusqu'à la partie qui constitue sa haute vallée, le fleuve est bordé de part et d'autre par la pinède qui se prolonge au nord-ouest par le Bois de Valleret. À partir de ce bois, la pinède se maintient exclusivement sur la rive gauche de la Seudre.

Ce massif forestier constitue un secteur géographique particulier où se situent les placages siliceux et sableux aux sols pauvres qui se répètent dans la partie méridionale du département. Ces sols conviennent particulièrement bien aux pins maritimes qui représentent l'essentiel du peuplement forestier.

Notes et référencesModifier

  1. Ouvrage collectif sous la direction de Jean Louis NEVEU, Forêts charentaises, Le Croît vif, 2001,

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Ouvrage collectif sous la direction de Jean Louis NEVEU, Forêts charentaises, Le Croît vif, 2001, 510 pages.

Lien externeModifier