Ouvrir le menu principal

Forêt de Rumilly
Localisation
Coordonnées 48° 05′ 15″ nord, 4° 06′ 47″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Aube
Administration Forêt domaniale
autre

Géolocalisation sur la carte : Aube

(Voir situation sur carte : Aube)
Forêt de Rumilly

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Forêt de Rumilly

La forêt de Rumilly est une vaste forêt française située en Champagne.

Sommaire

Description généraleModifier

La Forêt de Rumilly se situe au sud de Rumilly-lès-Vaudes. Elle comprenait les forêts d'Aumont et Jeugny à l'est, de Chaource au sud et le bois du Perchois au SE.

Pour son exploitation, elle était séparée en :

  • Série de Vérien, haute futaie, 127O hectares en rotation de 175 ans ;
  • Série d'Erland et de Lantage, 1019 hectares exploités en rotation de 30 ans.

HistoireModifier

C'était une forêt d'un bloc qui appartenait anciennement aux comtes de Champagne, puis au comte de Troyes et a suivi le sort de la seigneurie de Rumilly. En 1101, Hugues, comte de Troyes, faisait donation d'une moitié de la seigneurie de Rumilly aux moines de l'abbaye Saint-Quentin de Troyes. Ceux-ci la vendirent aux moines de Molesme en octobre 1219.

Elle se trouve ainsi séparée, administrativement en deux parts :

  • la part de Molesme : 1 000 arpents en 1219 elle était de 2 800 en 1759[1].
  • La part du roi, la partie est , enclavée dans celle de l'abbaye représentait un parallélogramme de 260 arpents et la plus grande, à l'ouest était de 2 170 arpents[2].

Les usagersModifier

Historiquement, les possesseurs des deux parts y avaient usage. Mais il y eut aussi l'abbaye de Montiéramey, les Templiers et à leur suite les Hospitaliers, mais aussi les habitants de Chaussepierre, Rumilly, st-Part-les-Vaudès, Courgelaine, Vaudès, Lantages, Serre, Montceaux. Les seigneurs de la Motte de Rumilly, Marolle, au prieur de Fouchères.

BibliographieModifier

  • Alfonse Roserot, Dictionnaire historique de la Champagne méridionale (Aube), trois tomes, Langres, 1942.

Notes et référencesModifier

  1. Arch. dép. Aube, 5 B 229, f°262 v°.
  2. Arch Nat. franç. 16686, f° 21 et 22.

Voir aussiModifier