Ouvrir le menu principal

Polémoflore

Flore typique des anciens lieux de guerre ou des couloirs de passages d'armées
(Redirigé depuis Flore obsidionale)
L'herbe aux yeux bleus (Sisyrinchium montanum, Iridaceae), est une plante obsidionale d'origine nord-américaine retrouvée en Lorraine sur les lieux de passage des 1re, 26e et 42e division d'infanterie américaine, pendant la Première Guerre mondiale.

La polémoflore ou (termes plus anciens) florule ou flore obsidionale[1],[2],[3] (en référence à la couronne obsidionale) désigne la flore typique des anciens lieux de guerre ou marquant les couloirs de passages d'armées. Cette flore entre dans le cadre des séquelles environnementales.

Cette flore significativement modifiée et parfois en partie nouvelle, peut persister des décennies, voire des siècles, après le passage de troupes ou de convois de réfugiés, ainsi que sur les lieux de combats.

OrigineModifier

Elle est caractérisée :

Polémoflore en FranceModifier

En France, au moins 21 espèces végétales auraient ainsi été importées et involontairement implantées par l'armée napoléonienne, les armées de la guerre de 70 et des deux guerres mondiales[4].

De telles plantes ont été trouvées dans les herbiers anciens et contemporains[5] et jusque dans Paris[6].

Liste de plantes obsidionales de France[1]Modifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b François Vernier, « Ces plantes de la guerre que l’on nomme obsidionales : «Là où Attila passe, l’herbe ne repoussera jamais» », Etudes Touloises, no 151,‎ , p. 7-19 (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2019).
  2. Gaudefroy, M. et Mouillefarine, M., « La florule obsidionale des environs de Paris en 1872 », Bulletin de la Société Botanique de France, no 19(8),‎ , p. 266-277 (DOI https://doi.org/10.1080/00378941.1872.10827646, lire en ligne, consulté le 6 janvier 2019).
  3. François Vernier, « Ces plantes de la guerre que l’on nomme obsidionales », Journal de Botanique, série Des botanistes dans la tourmente : 1914–1918, no 83,‎ .
  4. François Vernier, Plantes obsidionales : L'étonnante histoire des espèces propagées par les armées, Vent d'Est, , 191 p. (ISBN 979-10-90826-49-6).
  5. Dufour, M. L., « De la valeur historique et sentimentale d'un herbier », Bulletin de la Société Botanique de France, no 7(3),‎ , p. 169-174 (DOI http://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/00378941.1860.10826237).
  6. Chevalier, A., « Plantes adventices introduites par la guerre actuelle à Paris et aux environs », Bulletin de la Société Botanique de France, no 91(4-6),‎ , p. 102-106 (DOI http://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/00378941.1944.10834344).
  7. Annick Boidron, « L'herbe aux yeux bleus : elle est venue chez nous avec les soldats américains. », sur bolg : Au jardin des Quatre Moineaux, (consulté le 6 janvier 2019).
  8. Parnet G., « Études écologiques et chorologiques sur la flore lorraine. : Quelques observations récentes (1987-1989) sur l'herbe aux yeux bleus Sisyrinchium montanum Greene (Iridaceae) », Bulletin de l'Académie et Société Lorraines des Sciences, no 30 (1),‎ , p. 4-24 (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2019).

Articles connexesModifier