Eugène Decazes

administrateur colonial français
Eugène Decazes
Louis Frédéric Eugène Decazes (1844-1913) (A).jpg
Louis Frédéric Eugène Decazes
par Georges Penabert, vers 1870.
Fonction
Gouverneur du Dahomey
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Louis Frédéric Eugène Decazes
Nationalité
Activité
Conjoint
Marie Marguerite Hélène Claire Souvré
Parentèle
Autres informations
Distinction

Eugène Louis Frédéric Decazes, né le à Porto Alegre au Brésil[1] et mort le à Paris[2], est un administrateur colonial français.

BiographieModifier

Eugène Decazes est le fils de Bernard Théodore Decazes (Libourne 1796 - Paris 1865), négociant, vice-consul de France à Porto Alegre (Brésil)[3] et de Clémence Monique Penabert (Arudy 1821 - Paris 1896). Ses parents se sont mariés à Porto Alegre, le . il est membre des missions Savorgnan de Brazza, puis celle de Monteil. Il dirige les territoires du Haut-Oubangui lors de leur création en 1894. Il fut gouverneur du Dahomey en 1903, succédant à Charles Marchal. Il sera remplacé à Cotonou par Julien Penel.

Il se marie à Rouen le avec Marie Marguerite Hélène Claire Souvré. La résidence française du couple dans les années 1904-1906, se situe avenue d'Aligre à Chatou.

En fin de vie, il se retire à Bastia en Corse avec son épouse, Claire Souvré. Il est Chevalier de la Légion d'Honneur en 1885, puis Officier de la Légion d'Honneur en 1904[4]. Eugène Decazes meurt le à Paris dans le 5e arrondissement à l'Hôpital du Val de Grâce.

Son oncle est Georges Jean Penabert (Arudy 1825 - Paris 1903), photographe à Paris, New York (États-Unis) et à La Havane (Cuba).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Gallica, Société de Géographie, Portrait-1430
  2. (en) Richard Bradshaw et Juan Fandos-Rius, Historical Dictionary of the Central African Republic, Rowman & Littlefield, , 816 p. (ISBN 978-0-8108-7992-8, lire en ligne), p. 209
  3. Archives départementales de la Gironde : Passeport de Bernard Théodore Decazes en date du 28 septembre 1840.
  4. Légion d'Honneur : « Cote LH/682/4 », base Léonore, ministère français de la Culture