Erika Sawajiri

actrice japonaise

Erika Sawajiri (沢尻エリカ, Sawajiri Erika?), née le à Tokyo, est une actrice et chanteuse japonaise. Elle est connue pour avoir incarné le rôle de Aya Ikeuchi dans la série télévisée One Litre of Tears.

Erika Sawajiri
沢尻エリカ
Naissance (36 ans)
Tokyo (Japon)
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Profession Actrice, chanteuse, mannequin
Films notables Ghost Train
Séries notables One Litre of Tears
Taiyō no uta
Site internet ErikaTokyo.com

BiographieModifier

EnfanceModifier

Erika Sawajiri est née d'un père japonais et d'une mère française d'origine algérienne le à Nerima, dans la préfecture de Tokyo. Elle est la fille cadette d'une famille de trois enfants. Son père était propriétaire de seize chevaux de course et d'Edonokoban, donnant à nombreuses occasions à Erika de pratiquer l'équitation pendant son enfance. Son père a disparu de la maison quand Erika était âgé de 9 ans et fait son retour quand elle était dans sa troisième année à l'école secondaire mais décède d'un cancer cette année-là. Sa mère gérait un restaurant méditerranéen où elle travaillait parfois.

Carrière cinématographique et musicaleModifier

Erika Sawajiri débute en tant que modèle photographique en 1999, puis commence une carrière d'actrice en 2002, incarnant notamment l'héroïne du drama télévisé Ichi Rittoru no Namida en 2005, et celle du film d'horreur Ghost Train en 2006. La même année, elle sort son premier single, N°1 des charts oricon, sous le pseudonyme Kaoru Amane, du nom de son personnage de chanteuse dans le drama à succès Taiyō no Uta[1]. Elle sort deux autres singles en 2007 sous son seul prénom ERIKA, dont un autre N°1, toujours chez Sony Music Entertainment[2].

Réputée de caractère difficile, Erika Sawajiri cause un scandale médiatique en en se montrant froide lors d'une conférence de presse pour la promotion de son film Closed Note, refusant de saluer le public présent ou de répondre aux questions pourtant innocentes des journalistes[3]. En conséquence, ses contrats publicitaires et activités professionnelles sont suspendus par son agence, l'importante Stardust Promotion, pour une durée indéterminée[4]. Sawajiri se retire à Londres avec le créateur Tsuyoshi Takashiro, de 22 ans son aîné, qu'elle épouse en [5]. Désormais surnommée péjorativement "Erika-sama" par les médias, elle est depuis régulièrement élue "la femme la moins appréciée du Japon" dans certains sondages[6].

En , alors qu'elle devait faire son retour après deux ans d'absence en tant que vedette d'une super-production adaptée de la populaire série anime Yamato, dont le tournage allait débuter, Erika Sawajiri est finalement renvoyée de son agence et voit ses projets annulés, officiellement pour diverses fautes et non-respect d'engagements contractuels, après toutefois que son nom ait été cité par certains médias dans le cadre de l'affaire de drogue de Noriko Sakai qui venait de secouer le Japon[7],[8],[9]. À la suite de cette mauvaise publicité, l'agence Stardust Promotion déclare d'ailleurs dans les jours qui suivent son intention de faire désormais passer des tests de dépistages de drogues volontaires à tous les artistes qu'elle représente[10]. Le site web officiel de Sawajiri est fermé, et elle se retire à nouveau en Espagne, puis aux États-Unis, où elle tente de décrocher de nouveaux contrats[11].

Fin , après avoir ouvert un nouveau site officiel, Erika Sawajiri annonce son intention de divorcer et de reprendre ses activités au Japon en mai suivant, engageant des pourparlers avec la firme avex[12]. Le contrat est signé en septembre suivant, mais durant les deux années qui suivent elle n'apparait que dans quelques publicités, puis dans un drama pour téléphone mobile début 2012 (L et M : Watashi ga Anata wo Aisuru Riyuu, Sono Hoka no Monogatari)[13]. Elle fait finalement son retour à l'écran mi-2012, cinq ans après sa mise à l'écart, en tête d'affiche d'un film adapté du manga Helter Skelter qui touche entre autres à des sujets comme le sexe et la drogue[14].

Erika Sawajiri est arrêtée par la police de Tokyo le pour possession de MDMA, une drogue de synthèse, fait qu'elle reconnait[15],[16],[17].

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

DiscographieModifier

Single de Kaoru Amane
  • 2006 : Taiyō no uta (Thème du drama Taiyō no uta)
Singles de ERIKA
  • 2007 : FREE
  • 2007 : Destination Nowhere

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier