Éric Keslassy

sociologue français
(Redirigé depuis Eric Keslassy)
Éric Keslassy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Éric Keslassy est un sociologue français, né en 1973, qui a enseigné à l'université Paris-Diderot, à Sciences Po Lille[1], à l'ENSTA ainsi qu'à Sciences Po Paris.

Parcours universitaireModifier

Son parcours universitaire est lié à l'œuvre d'Alexis de Tocqueville (1805-1859). Sous la direction de Françoise Mélonio, il rédige un DEA d'Études politiques à l'EHESS (Centre Aron) qui se donne pour ambition d'analyser la pensée économique et sociale de l'auteur de De la démocratie en Amérique (1835 et 1840) à travers son approche du paupérisme, cette misère de masse consécutive à l'industrialisation et propre au XIXe siècle. Ce travail est publié sous le titre Le libéralisme de Tocqueville à l'épreuve du paupérisme (L'Harmattan, 2000). Il poursuit ses recherches sur Tocqueville sous la direction de Philippe Steiner, à Paris-Dauphine, et rédige une thèse de doctorat intitulée Question sociale et démocratie dans l'œuvre de Tocqueville qu'il soutient en décembre 2005.

Après avoir enseigné les sciences politiques, les sciences économiques et la sociologie à Paris VII, dans le cadre de l'Université Ouverte, Éric Keslassy a enseigné à l'Institut d'études politiques de Lille les méthodes de sciences sociales (entre 2009 et 2012) et les sciences politiques (depuis 2010-2011). En 2008, il crée le cours de sociologie de l'intégration dans la formation en culture générale de l'ENSTA — enseignement qu'il a assuré jusqu'en 2011.

Axes de rechercheModifier

Éric Keslassy consacre une grande partie de ses écrits à la relation qui s'est nouée entre l'égalité et la démocratie à partir de la réflexion de Tocqueville. Dans ce cadre, la « société démocratique » n'est plus seulement le régime politique bien connu mais un « état social » qui se fonde sur la progression de « l'égalité des conditions ». Il réunit certaines de ses idées dans un petit ouvrage didactique : Démocratie et égalité (Bréal, 2003). Il développe ensuite sa réflexion autour d'un concept contemporain qui est source de nombreuses confusions : la discrimination positive. La déclaration de Nicolas Sarkozy en faveur de la nomination d'un « préfet musulman » lui donne envie de publier une mise au point conceptuelle : De la discrimination positive (Bréal, 2004). Ainsi, cet ouvrage vise à établir une distinction entre la discrimination positive « socio-économique » et la discrimination positive « ethnique ». Éric Keslassy tente alors d'imposer ce vocabulaire dans le débat public en publiant des tribunes dans la presse nationale et un manifeste signé par des personnalités de droite et de gauche [réf. nécessaire].

PublicationsModifier

  • Le libéralisme de Tocqueville à l'épreuve du paupérisme, éditions L'Harmattan, 2000.
  • Démocratie et égalité, Bréal, 2003.
  • De la discrimination positive, Bréal, 2004.
  • La République à l'épreuve du communautarisme, Les notes de l'Institut Diderot, 2011[2].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier