Ouvrir le menu principal

Une embolie (du mot grec εμβολη, embolê, signifiant « irruption »[1]) est le largage de matériel (appelé « embole ») généralement dans la circulation sanguine et lymphatique. Le risque est l'obstruction d'une artère périphérique ou pulmonaire provoquant une ischémie. Le siège de cette ischémie varie en fonction du réseau vasculaire atteint. Par abus de langage, l'embolie pulmonaire est nommée « embolie » car la majorité des caillots se forment dans les veines et se déplacent, après être passés par le cœur, jusqu'aux artères pulmonaires. Le risque métastatique est le largage d'emboles tumoraux dans les vaisseaux lymphatiques et sanguins, les cellules cancéreuses envahissant ces vaisseaux et pouvant ainsi métastaser à distance.

Le terme a été introduit par Rudolf Virchow[2].

TypesModifier

Selon le vaisseau sanguin atteintModifier

Le vaisseau obstrué peut être :

L'embole se fixe très majoritairement dans une artère car chez celles-ci, contrairement aux veines, le sens de la circulation va du vaisseau le plus large au plus petit (à l'exception des réseaux vasculaires de type admirable).

Selon le matériel emboliséModifier

Le matériel embolisé peut être :

Embolie paradoxaleModifier

Le terme d'embolie paradoxale désigne le cas particulier où, à l'occasion d'une communication anormale (le plus souvent située à l'intérieur du cœur, foramen ovale perméable essentiellement), un embole peut avoir pour point de départ une veine et pour point d'arrivée un organe alimenté par une artère (hors poumon).

EmbryologieModifier

En embryologie, l'embolie désigne un mécanisme d'invagination d'un tissu cellulaire. Elle est retrouvée dans la gastrulation, lorsque l'ectoblaste s'invagine en son centre afin d'aboutir au mésoblaste

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier