Ouvrir le menu principal

Elias Smith Dennis
Elias Smith Dennis

Naissance
Newburgh, État de New York
Décès (à 82 ans)
Carlyle, État de l'Illinois
Allégeance Flag of the United States (1861-1863).svg Union
Arme infanterie
Grade Union Army major general rank insignia.svg Major général
Conflits Guerre de Sécession

Elias Smith Dennis (né le à Newburgh, État de New York, et décédé le à Carlyle, État de l'Illinois) est un major général breveté de l'Union. Il est enterré à Carlyle[1].

Sommaire

Avant la guerreModifier

Elias Smith Dennis grandit à Long Island[2]. Après être parti pour Carlyle en Illinois, il épouse Mary D. Slade alors veuve[2],[note 1]. Il dirige un moulin à blé[3] Il est élu à la chambre des représentants de l'Illinois entre 1842 et 1844[1]. De 1846 à 1848, il est sénateur de l'État de l'Illinois et participe à la quinzième assemblée générale[4]. En 1857, le président Buchanan le nomme US Marshal de l'État du Kansas.

Guerre de SécessionModifier

Elias Smith Dennis quitte son poste de Marshal du Kansas et est nommé lieutenant-colonel du 30th Illinois Infantry le [5]. Il participe à la bataille de Fort Donelson.

Il est promu colonel le . Il est nommé brigadier général des volontaires le . Il participe à la campagne de Vicksburg. En avril 1863, il participe à la bataille de Port Gibson dans l'État du Mississippi, puis à la bataille de Raymond Il commande le district du nord-est de Louisiane. Il est breveté major général des volontaires le pour bravoure et service méritant pendant les opérations devant Mobile[5].

Charles A. Dana le décrit ainsi :

« il est têtu, travaillant dur, un homme conscientieux, qui ne sait jamais quand il est battu, et donc qui est très difficile à battre. Il n'est pas brillant, mais prudent, sûr et digne de confiance[6]. »

Après la guerreModifier

Ellias Smith Dennis quitte le service actif des volontaires le [5]. Il partage son temps entre l'Illinois et la Louisiane où il sert en tant que Sheriff d'un comté[1]. Si en premier lieu, il est détesté par la population de Madison Parish, ses actes montrent qu'il n'est pas un carpetbagger et gagne finalement la confiance de la population[2]. Il est alors élu juge de Parish en 1874, puis sheriff en 1880. Il participe avec efficacité à la politique de reconstruction. Il se remarie avec Mary A. McFarland, une veuve propriétaire terrienne de Madison Parish et devient planteur[2]. En 1887, il retourne à Carlyle et meurt d'une pneumonie dans l'anonymat[2].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'un de ses beaux-fils est Joseph « Jack » Slade, bandit de l'Ouest.

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) Elias Smith Dennis, page consacrée au général sur Find a Grave.com (consulté le 16 janvier 2015)
  2. a b c d et e (en) Richard P. Sevier, Madison Parish Images of America, Arcadia Publishing, , 128 p. (ISBN 9780738515106)
  3. (en) Terry L. Jones, Historical Dictionary of the Civil War Volume 2 de Historical Dictionaries of War, Revolution, and Civil Unrest, Scarecrow Press,
  4. (en) Journal of the Senate of the General Assembly, , 1816 p. (ISBN 9780810879539)
  5. a b et c (en) Francis B. Heitman, Historical Register and Dictionary of the United States Army, from it's Organization, September 29, 1789, to March 2, 1903, Washington, Government Printed Office, (lire en ligne)
  6. (en) Robert I. Girardi, The Civil War Generals: Comrades, Peers, Rivals? In Their Own Words, MBI Publishing Company, , 304 p. (ISBN 9781610588676)

Voir aussiModifier