Ouvrir le menu principal

Édouard de Muralt

théologien, bibliothécaire et historien suisse
(Redirigé depuis Eduard von Muralt)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Muralt.
Édouard de Muralt
Eduard von Muralt
Alexey Tyranov. View on the Hermitage Library. 1827.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 86 ans)
Lausanne, Confédération suisse
Nationalité
suisse
Activités
Famille
Johannes von Muralt[2] (oncle)
Conjoint
1. Amalie Tobler (1834)
2. Margareta Oschwald (1851)
3. Maria Oschwald
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Membre de
Gesellschaft für Geschichte und Altertumskunde der Ostseeprovinzen Russlands (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Édouard de Muralt, connu en allemand sous le nom d'Eduard von Muralt, né à Bischofszell le et mort à Lausanne le , est un théologien, bibliothécaire et historien suisse.

BiographieModifier

Né à Bischofszell dans le canton de Thurgovie, alors sous domination française, il est le fils de Kaspar von Muralt, un marchand issu d'une famille noble originaire de Locarno, et d'Elisabeth Sprüngli.

Il étudie la théologie à Zurich, puis la philologie et la philosophie à Berlin, Iéna et Paris. En 1834, Édouard de Muralt émigre en Russie où il deviendra adjoint à la paroisse protestante allemande de Saint-Pétersbourg (1836–1850) et bibliothécaire à l'actuelle Bibliothèque nationale russe (1840–1864), à Saint-Pétersbourg.

Revenu en Suisse, il devient Privat-docent à l'université de Berne en 1864 et professeur de théologie à Lausanne en 1869.

Il est également docteur honoris causa de la faculté de théologie de Zurich (1849).

Édouard de Muralt meurt le 14 janvier 1895 à Lausanne, à l'âge de 86 ans.

Publications sélectivesModifier

  • Les États du Pays de Vaud (lire en ligne)
  • Essai de chronographie byzantine, pour servir à l'examen des annales du Bas-Empire et particulièrement des chronographes slavons de 395 à 1057, St.-Pétersbourg, 1855. (lire en ligne)
  • Catalogue des manuscrits grecs de la Bibliothèque Impériale publique, Imprimerie de l'Académie Impériale des Sciences, 1864. (lire en ligne)
  • Les Origines de la liberté en Suisse et les sources de l'histoire de Guillaume Tell, Lausanne : Blanc, Imer et Lebet, 1871.
  • Essai de chronographie byzantine 1057–1453, Bâle et Genève : H. Georg, 1871. (lire en ligne)

BibliographieModifier

  • H. Schneider, Schweizer Theologen im Zarenreich (1700–1917), 1994, p. 35–36.
  • E. Maeder, « Friedlicher und ruhiger als in der Schweiz », in Von Zürich nach Kamtschatka, éd. E. Maeder, P. Niederhäuser, 2008, p. 39–53.

Notes et référencesModifier

  1. (fr) Erich Trösch, « Muralt, Leonhard von » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  2. (fr) Carsten Goehrke, « Muralt, Leonhard von » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.

Liens externesModifier