Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marsais (homonymie) et Estime.

Dumarsais Estimé
Illustration.
Dumarsais Estimé.
Fonctions
Président de la République d'Haïti

(3 ans, 8 mois et 24 jours)
Élection
Prédécesseur Élie Lescot (indirectement)
Frank Lavaud (intérim)
Successeur Frank Lavaud (intérim)
Paul Magloire (indirectement)
Secrétaire d'État de l'Instruction publique, de l'Agriculture et du Travail
Président Sténio Vincent
Prédécesseur Auguste Turnier
Successeur Luc E. Fouché
Biographie
Nom de naissance Léon Dumarsais Estimé
Date de naissance
Lieu de naissance Verrettes (Haïti)
Date de décès (à 53 ans)
Lieu de décès New York (États-Unis)
Parti politique Parti libéral
Conjoint Lucienne Heurtelou (décédée en 2006)
Enfants Jean-Robert Estimé
Philippe Estimé
Marie-Florence Estimé
Régine Estimé
Autres enfants :
Paul, Raymonde, Lionel
Profession Avocat, enseignant

Léon Dumarsais Estimé
Présidents de la République d'Haïti

Léon Dumarsais Estimé, né le à Verrettes, mort le à New York, est un homme politique haïtien, président de la République du au [1].

L'idéologie politique de Dumarsais Estimé est un mélange de nationalisme et de conservatisme. Cette idéologie est appeler l'estimisme. L'une des causes fondamentales de son échec a été de sous-estimer le rôle majeur dévolu a un système dont l'efficacité ne pouvait se manifester qu'a travers la fonction de régulation politique, économique, social et de facilitation.

Sous sa présidence, il inaugure l'exposition internationale du bicentenaire de Port-au-Prince le 1er décembre 1949. Le coût prévu de 4 000 000 dollars pour l'organisation de cette exposition universelle par le gouvernement d'Haïti atteindra la somme de 26 000 000 de dollars dont 10 000 000 échappant à toute justification[2]. Ce scandale entraîna de vives critiques dans le pays. En mai 1950, un coup d'État organisé par une junte militaire renversa le gouvernement de Dumarsais Estimé afin de pousser son chef, Paul Magloire, à la tête du pouvoir et à être élu officiellement président en octobre 1950. Dumarsais Estimé est destitué par l'armée haïtienne dirigée par Franck Lavaud. Il est assigné à résidence, puis s'exile à Paris et meurt à New York.

Le souvenir de sa présidence reste positif chez de nombreux Haïtiens, en raison des réformes agricoles qu'il a entreprises et du progrès économique[3].

Sommaire

JeunesseModifier

Carrière professionnelleModifier

Léon Dumarsais Estimé est né dans la petite ville de Verrettes. Il est le fils de Alciné Estimé et de Florence Massillon. Son oncle, Estilus Estimé, se chargea de son éducation, de ses études de droit et l'emmena étudier à Port-au-Prince.

Il commence sa carrière professionnelle au Lycée Alexandre-Pétion comme professeur de mathématiques. Par la suite, il est renvoyé de son poste après avoir exprimé publiquement son opposition au gouvernement du président Louis Borno et à l'occupation américaine.

Carrière politiqueModifier

Après cela, il se lance en politique et se fait élire député en 1930 dans la circonscription de Verrettes. Au Parlement, il obtint la confiance de ses collègues qui firent de lui, en 1934, le président de la Chambre des députés. En 1937, il intègre le gouvernement du président Sténio Vincent, détenant le portefeuille de l'instruction publique, de l'Agriculture et du Travail, sans pour autant abandonné son siège au parlement[4].

Lorsqu'en 1941, le président Vincent, proposa à l'Assemblée nationale son secrétaire, Élie Lescot, comme potentiel successeur, Estimé vota en sa faveur et Lescot fut élu président. Le 19 avril 1944, Estimé s'opposa cette fois-ci à la réélection de Lescot, désapprouvant la révision partielle de la Constitution entreprise par le président, et vota contre lui. Ce dernier fut cependant majoritairement réélu.

Entant que député, Estimé observa de près les événements du début de 1946 qui amenèrent à la démission du président Lescot. Le gouvernement provisoire, dirigé par Franck Lavaud, mis en place de nouvelles élections. Alors que communistes et nationalistes prônent un changement de régime, Estimé se présenta aux électeurs comme un modéré et fut réélu lors des législatives de 1946.

Le 16 août, les modérés ayant obtenus une majorité à la Chambre des députés, Estimé fut désigné pour être candidat. Il fut élu président de la République après un second vote des députés. Son premier geste de président-élu, fut de saluer ses opposants : Dantès Louis Bellegarde, Edgard Numa et Démosthènes Calixte.

Président de la RépubliqueModifier

 
Investiture de Dumarsais Estimé le 16 août 1946.

Dumarsais Estimé est investi président de la République le 16 août 1946[5],[6].

Il remplace le gouvernement provisoire présidé par le général Franck Lavaud.

Au début de sa présidence, certains avaient très peu d'enthousiasme à son arrivée au pouvoir, mais au fil du temps, il a pu susciter, chez eux une certaine chaleur par des actions ponctuelles telles l'intégration dans son gouvernement de ministres socialistes et nationalistes comme Daniel Fignolé. Estimé mis en avant un programme social et économique qui rejoignit les aspirations de la majorité. Par exemple :

  • Il a pu réduire considérablement la dette nationale et ainsi, mettre fin au contrôle fiscal de l'étranger surtout des Américains.
  • Il a augmenté le salaire minimum.
  • Il a dynamiser l'industrie touristique en faisant d'Haïti une destination privilégiée surtout durant l'exposition de 1949.

C'est Dumarsais Estimé qui organisa l'Exposition universelle pour l'année 1949 pour commémorer le bicentenaire de la fondation de la ville de Port-au-Prince en 1749 par les colons français de l'île de Saint-Domingue. Le président Estimé prolongeait ainsi la présentation et le dynamisme d'une capitale visionnaire et moderne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, notamment par l'intensification des relations internationales, la promotion du tourisme, la présentation de la culture d'Haïti, ainsi que la défense de la langue française pour laquelle Haïti milita avec toute sa volonté lors de la création de l'Organisation des Nations unies en 1945 avec le maintien de la langue française comme langue de travail de l'ONU au côté de l'anglais grâce à la voix de son pays lors du vote pour ou contre l'usage du français au sein de l'organisation.

L'Exposition fut inaugurée le 1er décembre 1949 par le président Dumarsais Estimé qui lut à l'occasion le message de soutien du président américain Harry S. Truman.

Le coût prévu de 4 000 000 dollars pour l'organisation de cette Exposition universelle par le gouvernement d'Haïti atteindra la somme de 26 000 000 de dollars dont 10 000 000 échappant à toute justification[7]. Ce scandale entraîna de vives critiques dans ce pays pauvre.

Démission et fin de vieModifier

 
Pièce à l'effigie du président Dumarsais Estimé.

Trois ans après son investiture, et se sentant soutenu par la majorité de ses concitoyens, Estimé décida de renégocier la durée de son mandat qui devrait prendre fin en 1952 et ainsi se succéder à lui-même ce qui était interdit par la charte de 1946[8]. Il transforma ainsi son gouvernement d'ouverture en celui de combat qui commençait alors à mettre en avant les associations politiques et les syndicats. Il demanda au Parlement de réviser la Constitution de 1946 en modifiant l'article 81 et encouragea ses partisans à manifester publiquement en faveur de sa politique. Des manifestations dans les rues de la capitale et autour des bâtiments publics s'ensuivirent. Alors que les députés se pliaient a sa demande, les sénateurs refusèrent de valider sa demande malgré les menaces de la populace.

Les violences engendrées par les actions des partisans des deux camps poussèrent les militaires à intervenir avec à leur tête le général Lavaud. Le parlement fut dissout et Estimé fut résigné à la démission le 10 mai 1950 et fut placé sous la protection de la junte militaire qui institua un nouveau gouvernement provisoire.

Exilé, Estimé s'installa à New York avec sa famille après avoir vécu temporairement en France, à Paris, et en Jamaïque. Trois ans après son exil, Estimé fut frappé d'insuffisance cardiaque et d'urémie grave et s'éteignit le 20 juillet 1953.

Son corps rapatrié fut inhumé dans le caveau de la famille au grand cimetière de Port-au-Prince, après que son successeur, le président Paul Magloire, lui fit des funérailles nationales auxquelles n'assista pas sa veuve, lucienne Heurtelou (1920-2006), ne pardonnant pas ce dernier d'avoir précipité la chute de son mari[9].

Notes et référencesModifier

  1. « Haiti-Reference : Notables d'Haiti » Léon Dumarsais Estimé n. 21 Avril 1900 Verrettes d. 20 juil 1953 New York », sur www.haiti-reference.com (consulté le 22 juin 2019)
  2. Sauveur Pierre Etienne, Haïti, la république dominicaine et Cuba: état, économie et société (1492-2009), L'Harmattan, 2012
  3. Roudy Stanley PENN, « VII- Dumarsais Estimé : l’homme de la référence économique », sur Le blog de pennayiti.over-blog.com (consulté le 22 juin 2019)
  4. « Carrière de Dumarsais Estimé », sur www.haiti-reference.com
  5. Anthony Georges-Pierre, Dumarsais Estime, l'homme, l'oeuvre et les idees, Port-au-prince, l'imprimeur S.A, , 432 p. (ISBN 9789993532552), p. 36
  6. Dominick A. Pisano, « Reviews of Books:Wingless Eagle: U.S. Army Aviation through World War I Herbert A. Johnson », The American Historical Review, vol. 107, no 3,‎ , p. 894–895 (ISSN 0002-8762 et 1937-5239, DOI 10.1086/532552, lire en ligne, consulté le 25 août 2018)
  7. Sauveur Pierre Etienne, Haïti, la république dominicaine et Cuba: état, économie et société (1492-2009), L'Harmattan, 2012
  8. « Haïti, Constitution de 1946, Digithèque MJP », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le 22 juin 2019)
  9. « Mort de Dumarsais Estimé », sur www.haiti-reference.com