Driss Ben El Kouri

personnalité politique marocain

Driss Ben El Kouri (en arabe : دريس بن الكوري) ou Driss ben el-Kouri Cherradi (né à Fès), est un ancien caïd du Tafilalet puis gouverneur du Touat et du Tidikelt pour le sultan du Maroc[1], il est le dernier pacha marocain du Touat.

Driss Ben El Kouri
Driss Kouri Pacha touat.jpg
Portrait du pacha marocain
Fonction
Pacha
Biographie
Naissance
Activité
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata

HistoireModifier

Driss Ben El Kouri est originaire de Fès, il fut incorporé dans le gouvernement marocain de l'époque, puis nommé caid au Tafilalet. Il est ensuite fait pacha du Touat dans un contexte de la conquête de l'Algérie par la France[2].

Les oasis du Touat et du Gourara versaient l'impôt au sultan du Maroc depuis l'expédition du Pacha Jouder en 1591 jusqu'en 1693, avec une interruption entre 1602 et 1647, le désintérêt du Maroc pour Tombouctou était mis à profit par les habitants pour s'affranchir de la dîme quand ils le pouvaient. Les émissaires du sultan, jugeant le maintien de leurs représentants trop onéreux, les retirèrent temporairement en 1845. Les Turcs installés en Algérie ne firent au Touat que des expéditions ponctuelles, le commerce soudanais en direction d'Alger passant plus à l'est par El Goléa. [3]

SituationModifier

Le Maroc entretenait 2 pachas dans cette région du Sahara: Mohamed Ben Omar Marrakchi à Timimoun dans le Gourara et l'autre, Driss Ben El Kouri, à Adrar dans la région du Touat, dont dépendait alors le Tidikelt [4]. Selon Louis Voinot, explorateur de l'armée française, ces pachas sans makhzen et sans redevance fixe, ne possèdent pas la moindre action sur la population. La suzeraineté chérifienne, fictive, n'est brandie par les populations que dans la crainte et l'opposition à une occupation française[5].

Combat d'In GharModifier

En 1900, faisant face à l'avancée coloniale française qui entre à In Salah le pacha organise la résistance, il réunit 1300 hommes levés au Touat et se porte à In-Ghar dans le Tidikelt pour assurer la défense de la région face à la colonne française qui tente d'occuper la région[2].

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Notes et référencesModifier

  1. In-Salah et le Tidikelt - Journal des opérations, Clément-Célestin d' Eu
  2. a et b Le Tidikelt : étude sur la géographie, l'histoire, les mœurs du pays, Louis Voinot
  3. Le Sahara: Histoire, guerres et conquêtes, Bernard Nantet
  4. In-Salah et le Tidikelt - Journal des opérations, Clément-Célestin d' Eu
  5. Louis Voinot, Le Tidikelt : étude sur la géographie, l'histoire, les mœurs du pays, FeniXX réédition numérique, (ISBN 978-2-402-05462-1, lire en ligne), Section : Etat politique du Tidikelt avant la conquête française