Ouvrir le menu principal
La dorsale du Chili lie la dorsale est-Pacifique (East Pacific Rise) à la côte chilienne.
Carte bathymétrique du sud-est de l'océan Pacifique.

Le dorsale du Chili est une dorsale océanique située dans la partie australe du Chili qui sépare la plaque de Nazca de celle antarctique. Son extrémité occidentale débute au point triple au sud de la plaque Juan Fernández où elle rejoint la dorsale est-Pacifique. Son extrémité orientale quant à elle se trouve à la jonction triple du Chili, où elle est subductée depuis 14 Ma sous la plaque sud-américaine dans la fosse du Pérou-Chili[1],[2]. C’est l'une des seules dorsales actives au monde en cours de subduction[2], ce qui s'accompagne de conséquences spécifiques sur la géomorphologie et la géodynamique[3].

La subduction de la dorsale du Chili a lieu près de la péninsule de Taitao où l'ophiolite de Taitao (en) et d'autres caractéristiques géologiques sont associées aux interactions de la triple jonction[4].

Notes et référencesModifier

  1. (en) R.M. Russo, John C. Vandecar, Diana Comte, Victor I. Mocanu, Alejandro Gallego et Ruth E. Murdie, « Subduction of the Chile Ridge: Upper mantle structure and flow », GSA Today, vol. 20, no 9,‎ , p. 4-10 (DOI 10.1130/GSATG61A.1)
  2. a et b Benjamin Guillaume, « Sur les traces de Darwin : topographie dynamique et soulèvement néogènequaternaire de la Pentagonie », sur UMR CNRS EPOC - Université de Bordeaux (consulté le 8 février 2019)
  3. « La subduction océanique », sur Géosciences Montpellier (consulté le 8 février 2019)
  4. (en) Eric Nelson, Randall Forsythe, John Diemer et Mike Allen, « Taitao ophiolite: a ridge collision ophiolite in the forearc of southern Chile (46°S) », Revista Geológica de Chile, vol. 20, no 2,‎ , p. 137–165 (DOI 10.5027/andgeoV20n2-a02, lire en ligne)

Voir aussiModifier