Dobroslav II

Dobroslav II (en serbe cyrillique : Доброслав) (floruit 10811103) est roi de Dioclée, entre 1101 et 1102[1],[2].

Droboslav de Dioclée
Image dans Infobox.
Biographie
Décès
Activité
Famille
Père
Fratrie
Constantin Bodin
Vladimir Vojisavljević (d)
Petrislav de Raška (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

BiographieModifier

Sa vie n'est connue que par le biais des informations transmises par la Chronique du prêtre de Dioclée. D'après cette source, il est parfois nommé Dobroslav II, dans l’historiographe contemporaine. Dobroslav est l’aîné des quatre fils nés du roi Mihailo Vojislavljević et de sa seconde épouse grecque[3]. Il est âgé d'environ 25 ans à la mort de son père[3] vers 1081.

Bien qu'il soit le fils ainé du roi, ce dernier désigne son fils favori, Constantin Bodin, comme successeur. En 1085, Bodin et ses frères doivent réprimer une révolte de leurs cousins, les fils du frère de Mihailo nommé Radoslav dans le župa de Zeta, et Constantin Bodin règne sans contestation jusqu'à sa mort en 1101. Dobroslav tente alors de lui succéder avec le titre de Roi des Serbes, en opposition à l'héritier désigné Mihailo II[4]. Selon la Chronique de Dioclée, Dobroslav est choisi par le peuple pour devenir roi à la mort de Bodin. Toutefois, son règne est bref : Vukan, allié à un autre prétendant au trône de Dioclée, Kočopar, attaque la région. Ils défont Dobroslav à la bataille de Morača. Dobroslav est détrôné et banni en Serbie intérieure. Dans le même temps, une armée de Serbie intérieure, sous les ordres de Kočopar et Vukan, s'empare de la Dioclée. Kočopar est toutefois incapable de consolider sa position en Dioclée et doit se réfugier en Zachlumie, où il meurt. Vladimir, le neveu de Dobroslav, s'empare du trône après la mort de Kočopar. Dobroslav est plus tard libéré de sa détention en Serbie intérieure et revient en Dioclée. Toutefois, dès son arrivée, Vladimir l'emprisonne à Scutari, où il est aveuglé et castré sur l'ordre de la veuve de Bodin, la reine Jaquinta.

Il passe ses dernières années dans le monastère des Saints-Serge-et-Bacchus (Sv. Srđa i Vakha), sur les bords de la Buna, où il est inhumé[5]. Il ne laisse pas de descendant.

Articles liésModifier

Notes et référencesModifier

  1. Živković 2008.
  2. (en + de) Peter Truhart, Regents of Nations, Münich, K. G Saur, 1984-1988, 4258 p. (ISBN 978-3-598-10491-6 et 3-598-10491-X), p. 3325, Art. « Duklija (Dioclea, Zeta)  »
  3. a et b (en) John Van Antwerp Fine, The early medieval Balkans : a critical survey from the sixth to the late twelfth century, Ann Arbor Mich., University of Michigan Press, , 336 p. (ISBN 0-472-08149-7, lire en ligne)
  4. Anthony Stokvis, préf. H. F. Wijnman, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les états du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Leyde, éditions Brill, 1889 réédition 1966, p. Volume II Péninsule des Balkans, chapitre II Serbie: Tableau généalogique n°37 Généalogie des dynasties serbes.
  5. Prilozi za književnost, jezik, istoriju i folklor, vol. 51-52, Državna Štamparija., (lire en ligne), p. 94

SourcesModifier