Discussion:Citation apocryphe

Discussions actives
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

CharadeModifier

Mais alors que penser de la charade ?

  1. Mon premier est paré des plumes du paon,
  2. Mon second est un écrivain, père d'un autre écrivain buvant à la terrasse d'un café,
  3. Mon troisième est le contraire d'un train,
Mon tout est l'expression d'un fumeur désabusé.

Pierrot Lunaire (d) 31 mai 2008 à 15:44 (CEST)

Vous n'avez pas le monopole du cœurModifier

L'article sur cette citation indique que cette phrase exacte fait bien partie du discours de M. Giscard, juste après la version "longue" qui est citée ici. Je n'arrive pas à acceder aux sources citées dans ces deux articles (y compris exactement le même lien vers Historia !) pour vérifier. Est-ce que quelqu'un peut essayer de corriger l'une ou l'autre de ces pages ? (Non signé.)

L'article dit ceci :

"La phrase est exacte mot à mot, mais la tradition retient qu'elle a été prononcée de manière emphatique, ce qui est faux. La réplique complète donnait « Vous n’avez pas, monsieur Mitterrand, le monopole du cœur, vous ne l’avez pas. », puis plus bas « Vous n’avez pas le monopole du cœur. »"[1]

Peut-on vraiment parler de citation apocryphe parce que "la tradition retient [que la phrase] a été prononcée de manière emphatique, ce qui est faux" ? Et d'abord, par quelle source sait-on que "la tradition retient qu'elle a été prononcée de manière emphatique" ? Et puis, est-il bien sûr que ce soit faux ? Notre article reconnaît que Giscard d'Estaing a dit la phrase deux fois de suite, la seconde plus bas. Cela semble bien signifier qu'il a commencé par élever la voix, autant dire prendre un ton emphatique. J'aimerais des références précises là-dessus, mais, malheureusement, le site d'Historia, auquel un lien renvoie, ne semble pas consultable. Sauf avis contraire d'ici quelques jours, je supprimerai la partie de notre article qui concerne la phrase de Giscard Marvoir (d) 9 décembre 2010 à 19:09 (CET)

Neil Armstrong : « C'est un petit pas pour l'homme, mais un bond de géant pour l'humanité. »Modifier

La remarque concernant cette citation n'est pas pertinente du tout. Certes "step" a plusieurs sens, mais il est évident que Neil Armstrong ne parlait pas de l'échelon de son échelle ! On a l'impression que c'était un benêt accroché à son barreau d'échelle et qui aurait sorti une phrase philosophique sans faire attention. Il est clair que cette phrase avait été préparée pour la circonstance, et donc qu'elle ne parlait pas de barreau d'échelle, mais bien d'un "pas" en avant.

A ce titre, je pense que cette citation n'a pas sa place ici, parmi les apocryphes.

Hum, le paragraphe écrit ensuite rend très mal compte du problème.
En fait, ce qu'on reproche à la citation, ce n'est pas la confusion pas de marche/pas d'échelle, c'est de dire "l'homme" au lieu de "un homme". Cette déformation rend la phrase exagérément solennelle par rapport à la phrase exacte. BOCTAOE. Ou pas. Barraki Retiens ton souffle! 19 septembre 2009 à 17:01 (CEST)
La citation fait l'objet d'une controverse (voir les recherches de snopes), il semble qu'Armstrong ait bel et bien omis l'article. Cette citation n'a donc pas sa place ici. — mro [d] 6 février 2012 à 21:10 (CET)
Comme il l'est indiqué sur la page anglaise d'Apollo 11 : Si le monde entendit Neil Armstrong dire "That's one small step for man; one giant leap for mankind", comme Andrew Chaikin l'a expliqué dans "A Man on the Moon", Neil a indiqué après la mission qu'il avait bien prévu de dire 'one small step for a man' et cru qu'il l'avait fait. Il a constaté que le 'a' était effectivement inaudible dans les enregistrements mais le point important est que le monde a parfaitement compris le sens de la phrase. [...] La retranscription " That's one small step for (a) man; one giant leap for mankind" respecte l'intention de Neil. Traduit de l'anglais depuis le site de la NASA : One Small Step. Autres éléments de confirmation : C'est bien « C'est un petit pas pour un homme » et non « pour l'Homme » comme précisé par le biographe officiel de Neil Armstrong, James R. Hansen : Armstrong voulait dire « That's one small step for A man, one giant leap for mankind », traduit en "C'est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l'Humanité". Cette déclaration « un homme » est en accord avec la modestie de Neil Armstrong qui a d'ailleurs déclaré à propos de cette phrase « J'y ai pensé après l'alunissage » (Ils ont marché sur la Lune, de Philippe Henarejos, Editions Belin, page 35). En conclusion, il n'y a pas de mystère, juste certains journalistes qui ne vont pas aux sources des informations et colportent par erreur des imprécisions, et qui près de 50 ans plus tard indiquent "un petit pas pour L'homme" erroné.--GodefroyParis (discuter) 14 février 2021 à 14:19 (CET)

Rocard et la « misère du monde »Modifier

Cet article de Rue89 semble contredire au moins en partie l'analyse que propose l'article de Wikipédia concernant la fameuse phrase de Michel Rocard. DocteurCosmos (d) 6 octobre 2009 à 11:23 (CEST)

Merci c'est très instructif et formateur pour moi. Suite à un post au Bistro qui tombait le lendemain de la parution de l'article de Rocard dans Libé, j'était intervenu dans trois articles, il faudra que je revoie ma copie... Moralité : le principe "il faut se méfier comme de la peste des sources émanant des individus eux-mêmes" m'est rappelé, et bien rappelé. Cela s'applique même quand l'individu est un ancien premier ministre au-dessus de tout soupçon ! Touriste (d) 6 octobre 2009 à 12:23 (CEST)
"ancien premier ministre au-dessus de tout soupçon" Voir oxymore :-) Apokrif (d) 16 octobre 2009 à 02:38 (CEST)
Après avoir pris le temps de la réflexion, j'ai modifié et précisé sur Immigration en France et Histoire de l'immigration en France et retiré ici. Ceux qui tiendraient à réinsérer ici peuvent aller chercher dans les articles précités un truc déjà mis en forme à adapter et compléter pour pouvoir figurer ici ; je ne suis pas convaincu du tout que ce soit indispensable. Touriste (d) 6 octobre 2009 à 23:24 (CEST)
La suppression est en effet la solution la plus adaptée concernant cet article. Merci de ton intervention. DocteurCosmos (d) 7 octobre 2009 à 07:38 (CEST)
Faut voir. S'il y a encore quelques réactions, y compris de Rocard, je la réintroduirai avec les mentions des problèmes. Une citation falsifiée par l'intéressé, ce serait un excellent exemple pour illustrer la diversité des origines des fausses citations. BOCTAOE. Ou pas. Barraki Retiens ton souffle! 7 octobre 2009 à 11:20 (CEST)
Je desapprouve la reinsertion de la citation,soigneusement contextualisee,effectuee aujourd'hui. Elle force a faire des choses a la limite du "travail inedit" (cf la phrase finale de Marvoir "On aurait donc ici un cas doublement particulier de fausse citation : la citation serait faussée par addition d'une partie apocryphe et la falsification serait le fait de l'auteur même du propos cité."). Dans la mesure ou cette citation n'est ni un exemple _evident_ de citation apocryphe, ni un exemple analyse comme citation apocryphe par un auteur de reference,l'eliminer definitivement de l'article me semble de saine politique. Bon Dieu que c'est difficile d'enlever du contenu sur Wikipedia,si un jour je claque la porte ce sera pour ce motif.(Et excuses pour mes fautes de frappe sur clavier pourrave et pas habituel). Touriste (d) 8 décembre 2010 à 12:05 (CET)
On ne peut tout de même pas prétendre que noter une évidence est du travail inédit. Quant à l'auteur de référence, je crois qu'il est admis qu'un article de la grande presse est une référence reconnue. Or, si les mots ont un sens, l'article de Rue89 analyse bel et bien la version longue comme une citation apocryphe. Marvoir (d) 8 décembre 2010 à 12:13 (CET)


zappaModifier

le caractere inverifiable de la citation ne la rend pas "apocryphe" de maniere verifiée...

Une variante de « Un bon Indien est un Indien mort »Modifier

Jean-Pierre Patat, 1814 : Trahisons et Reniements, Paris, éd. Bernard Giovanangeli, 2011, dans une note au bas de la p. 67, dit que Caulaincourt, dans ses Mémoires, attribue à Napoléon la phrase « Un bon ennemi est un ennemi mort ». Selon Susan Howard, Napoleon Series Reviews, c'est une citation inexacte. Elle écrit :

When a writer is using quotations taken from secondary sources, without attribution, it is particularly important that those quotations and sources should be of the highest quality: reading through the earlier chapters I found matters stated as fact that I suspected to be disputed and began to be uneasy about deductions being made from quotations without context or date. There is a footnote on p. 67 which does quote directly from Caulaincourt's Memoires but gets it wrong. The quote refers to Napoleon's comment to Caulaincourt at the burning of Smolensk which it gives as “Bah, Gentlemen! Remember this, a good enemy is a dead enemy!” The actual remark was (using Austin's translation, but verified from Caulaincourt) “Bah! Remember, gentlemen, what one of the Roman emperors said: “an enemy's corpse always smells good!” Once read, surely not easily forgotten!

Par parenthèse, « Le corps d'un ennemi mort sent toujours bon » est une parole que Suétone attribue à Vitellius. Je ne sais pas s'il serait bon d'incorporer ça à l'article. En tout cas, on aurait des sources... Marvoir (discuter) 5 janvier 2018 à 10:18 (CET)

Légende ou vérité?Modifier

  • (Attribué à Einstein): Je ne sais pas quelles seront les armes de la troisième guerre mondiale, mais celles de la quatrième, ce seront des pierres et des gourdins.
  • (Attribué à Einstein): Il n'y a que deux choses qui soient infinies: l'univers et la bêtise humaine; et encore, en ce qui concerne l'univers, je n'en suis pas certain.
  • (Attribué à Gladstone et Disraeli)
    • Gladstone: Vous finirez, Monsieur, soit pendu, soit victime de quelque maladie honteuse.
    • Disraeli: Cela dépendra, Monsieur, de si j'épouse vos principes ou vos maîtresses.
  • (Attribué à Marc-Aurèle): Ô Dieux, donnez-moi la force de changer ce qui doit être changé, le courage de supporter ce qui ne peut être changé, et la sagesse de distinguer l'un de l'autre.
  • (Attribué à Diderot): J'ignore si je découvrirai un jour la Vérité; mais personne au monde ne m'empêchera de la chercher.
  • (Attribué à Goethe sur son lit de mort): Mehr Licht!

Tonymec (discuter) 23 avril 2019 à 10:25 (CEST)

Revenir à la page « Citation apocryphe ».