Deuxième République (Italie)

L'expression « Deuxième République » ou « Seconde République » (Seconda Repubblica en italien) désigne de manière informelle en Italie le système politique en vigueur depuis les années 1990. En effet, certains historiens et journalistes divisent l'histoire politique de la République italienne entre la « Première République » (de 1948 à 1994) et la « Deuxième République ». Cette partition est faite sur la base de la mutation que subit la scène politique italienne entre 1992 et 1994 (disparition de la vie politique des partis traditionnels et promulgation de réformes modifiant le système électoral).

Terminologie et définitionsModifier

Dans les années 1980, le politicien d'extrême droite Giorgio Almirante utilisait le terme de Deuxième République dans un sens précis, celui d'un changement constitutionnel, sur le modèle du passage de la Quatrième à la Cinquième République mis en œuvre en France en 1958 par De Gaulle.

Le passage de la Première à la Deuxième République entre 1992 et 1994 a cependant représenté un changement à l'intérieur du système politique, et non un changement de système politique, comme cela s'est produit en France, puisque la constitution et les institutions républicaines sont restés les mêmes depuis 1948, et que le triennat 1992-1994 ne s'est accompagné d'aucun changement constitutionnel.

Le terme est couramment utilisé, dans le journalisme mais aussi dans les milieux universitaires, pour comparer l'organisation institutionnelle politique italienne avant et après la période 1992-1994, mais aussi sa réflexion sur des aspects économiques importants ; son utilisation a fait l'objet d'études en sociologie et en linguistique communicative.

L'expression "deuxième République" a également été utilisée par des hommes politiques italiens, comme Marcello Pera, qui, en tant que président du Sénat de la République en 2002, a prononcé le discours : "La "deuxième République" en Italie : où va-t-elle ?", décrivant le nouvel ordre politique italien, lors d'une conférence qu'il a donnée à un séminaire d'étude à Washington.

HistoireModifier

Les trois caractéristiques majeures du changement politique en Italie entre 1992 et 1994 sont la disparition de la totalité du champ politique antérieur, la modification par référendum, en 1991 et 1993, de la loi électorale vers un scrutin majoritaire et l'arrivée de partis gestionnaires, adaptant leurs propositions politique en fonction d'une opinion publique de plus en plus influencée par la télévision.

Une série d'événements au début des années 1990 sont considérés comme les déclencheurs du passage de la première à la seconde république italienne :

Le changement du système électoral avait été conçu conjointement par Mario Segni et le Parti Radical dans l'idée de briser la mainmise sur la vie politique italienne de la Démocratie Chrétienne, qui, par ses alliances, réussissait toujours à maintenir son emprise sur les gouvernements italiens, en créant un système plus bipolaire, qui favorise des majorités franche. Cette tentative a été rendue inutile par la disparition de la DC, touchée de plein fouet en 1994 par les scandales de corruption.

SourcesModifier