Deborah Feldman

écrivaine américo-allemande
Deborah Feldman
DeborahFeldmanP1060065.jpg
Deborah Feldman en 2016
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (36 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Écrivaine, blogueuseVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Genres artistiques
Site web
Œuvres principales

Deborah Feldman est une écrivaine américano-allemande vivant à Berlin, née le à New York. En 2012, elle publie le récit autobiographique de sa rupture avec le judaïsme hassidique et sa communauté Satmar basée à Brooklyn.

BiographieModifier

Deborah Feldman grandit dans la communauté hassidique Satmar à Williamsburg, Brooklyn. Elle est élevée par ses grands-parents, sa mère ayant quitté la religion hassidique et son père souffrant de troubles mentaux. Sa langue maternelle est le yiddish. Elle apprend l'anglais en cachette en fréquentant la bibliothèque du quartier. L'usage de l'anglais est mal vu au sein de la communauté. Enfant, elle s'oppose aux règles strictes de sa communauté. Elle fait l'objet d'un mariage arrangé à dix-sept ans[1]. Elle devient mère à dix-neuf ans.

En 2006, elle déménage avec son mari hors de Williamsburg. Elle convainc son mari de la laisser étudier la littérature au Sarah Lawrence College. En , après un accident de voiture, elle décide de quitter son mari et la communauté hassidique avec son fils alors âgé de trois ans.

En 2012, elle écrit un récit autobiographique sur un blogue. La même année, elle publie son autobiographie, Unorthodox : The Scandalous Rejection of My Hasidic Roots.

En 2014, elle déménage à Berlin en Allemagne, où elle s'installe dans le quartier de Neukölln. Ses livres sont traduits en allemand et en différentes langues[2]. Ses deux premiers ouvrages sont écrits en anglais. Depuis, elle écrit en allemand[1].

Barbara Miller en brosse le portrait dans Female Pleasure[3], film qui retrace le parcours de cinq femmes à travers le monde, en lutte pour le droit à l'autodétermination des femmes[4].

AdaptationModifier

En , Netflix acquiert les droits de son autobiographie Unorthodox pour produire une mini-série du même titre, Unorthodox, en quatre parties en yiddish et anglais réalisée par Maria Schrader, actrice et réalisatrice allemande[5]. Deborah Feldman participe à l'écriture du scénario. La série sort le sur la plateforme.

PublicationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Malka Gouzer, « Deborah Feldman, brebis émancipée du judaïsme ultraorthodoxe », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne).
  2. (en) Deborah Feldman, « Once upon a life: Deborah Feldman », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le ).
  3. (en) « #en-Deborah Feldman — #Female Pleasure », sur #femalepleasure (consulté le ).
  4. « #Female Pleasure », sur France Culture (consulté le ).
  5. (en) Robert Mitchell, « Netflix Begins Production on Part-Yiddish Series ‘Unorthodox’ », sur Variety, .

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :