Ouvrir le menu principal
Dead Man Talking
Réalisation Patrick Ridremont
Scénario Patrick Ridremont
Jean-Sébastien Lopez
Sociétés de production Nexus Factory
Bidibul Productions
Superprod
Pays d’origine Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 101 minutes
Sortie 2012

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Dead Man Talking est un film belge[1], luxembourgeois et français, réalisé par Patrick Ridremont et sorti en 2012.

Patrick Ridremont est également coscénariste et acteur principal du film[2]. À l'écran, il côtoie François Berléand, Virginie Efira, Christian Marin, Jean-Luc Couchard et Olivier Leborgne.

Le titre fait référence au film Dead Man Walking (1995), qui traite également de la peine de mort.

Sommaire

SynopsisModifier

Dans le couloir de la mort d'une prison désaffectée, William Lamers, le dernier détenu, attend l'issue de sa condamnation au poison pour homicides. La loi lui accorde une dernière déclaration mais ne précise aucune limite de durée. Lamers va alors, tel Shéhérazade dans Les Mille et Une Nuits[3], saisir ce vide juridique en entamant un long monologue afin de retarder son exécution. Alors qu'une campagne électorale est lancée, le sort de William Lamers devient un enjeu politique et médiatique.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

 
L'actrice principale Virginie Efira à la présentation du film à Namur, en .

Genèse du filmModifier

Patrick Ridremont dit avoir voulu écrire un film sur « Christ moderne » alors qu'il venait d'avoir lui-même 33 ans, soit « l'âge du Christ »[7]. Le réalisateur a alors créé un personnage en détournant les caractéristiques du Christ : « un condamné à mort sur une croix qui se met à raconter des histoires, et plus il en raconte, plus il a de disciples »[7]. Pour Ridremont, il était « impossible de raconter une histoire normale, se déroulant dans le commun des mortels »[7]. Pour écrire le scénario, il s'inspire aussi du personnage de Shéhérazade et du film Monsieur Smith au Sénat[7].

AccueilModifier

Box-officeModifier

  •   Belgique : 10 891 entrées[8] sur 10 écrans en 7 semaines (68 447 €[9] ou 87 237 $[10]) (fin).
  •   France : 8 860 entrées[11] (fin).
  •   Monde : 19 751 entrées (fin).

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier