Ouvrir le menu principal

Daniel Garrison Brinton

archéologue, linguiste et ethnologue
Daniel Garrison Brinton
Daniel Garrison Brinton.jpg
Portrait par Thomas Eakins, ca 1899.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Thornbury Township (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalité
Formation
Activités

Daniel Garrison Brinton (, Thornbury Township, Philadelphie) est un médecin, un ethnologue mésoaméricaniste et un linguiste américain.

MédecinModifier

Diplômé de Yale en 1858, il étudie deux ans la médecine à l’Université Thomas Jefferson puis voyage en Europe pendant un an. Il poursuit ensuite ses études à Paris et Heidelberg. De 1862 à 1865, durant la Guerre de Sécession, il est chirurgien militaire, responsable de 1864 à 1865 de l’hôpital général des armées à Quincy, Illinois[1], et participe à la Campagne de Chattanooga. Après la guerre il exerce la médecine plusieurs années à West Chester, Pennsylvanie et devient éditeur du Medical and Surgical Reporter, Philadelphie, de 1874 à 1887, année où il prend sa retraite .

EthnologueModifier

Daniel Brinton éprouve pour l’anthropologie américaine un intérêt précoce qu’il poursuit parallèlement à sa carrière médicale. Sa première publication sur le sujet date de 1859[2].

En 1884 il devient professeur d’ethnologie et d’archéologie à l’Académie des sciences naturelles de Philadelphie. En 1886 il devient professeur de linguistique et d’archélogie à l’Université de Pennsylvanie, poste qu’il gardera jusqu’à sa mort[1].

Typique des pionniers de ce domaine, il ne se spécialise pas mais s’intéresse à une grande variété de sujets (langues, coutumes, littérature, archéologie etc.) sur un vaste domaine allant de la Mésoamérique au Grand Nord. Ses contributions les plus importantes sont dans les domaines de la religion et du folklore, avec l’édition d’une Bibliothèque de la littérature américaine aborigène (1882–1890), ainsi que de la linguistique.

Ses études sont basées essentiellement sur des textes et très peu d’observations de terrain, d’autant que les séquelles d’un coup de chaleur subi durant la Campagne de Chattanooga lui interdisent les séjours prolongés sous un climat très chaud. Il rassemble ainsi pour ses recherches une grande collection de documents qu’il lèguera à l’Université de Pennsylvanie.

Comme en témoigne son discours d’août 1885 à l’Association américaine pour l'avancement des sciences, il adhérait au point de vue répandu à l’époque que, malgré l'identité psychique fondamentale des humains, certaines races ne pouvaient pas accéder aux lumières de la modernité. Il privilégia ainsi dans son travail les cultures mésoamericaines plus « avancées ». Il pensait que les lois devaient être fondées sur la base des races, nations et tribus et non sur le principe des droits humains[3].

Il fut membre de nombreuses sociétés savantes aux États-Unis et en Europe et fut président de la Société de numismatique et d’antiquité de Philadelphie, de la Société américaine de folklore, de la Société américaine de philosophie et de l’Association américaine pour l'avancement des sciences[1].

AnarchisteModifier

Sur la fin de sa vie il devint anarchiste. En avril 1896 il adressa à la Société d’éthique de Philadelphie un discours sur le thème "Ce que veulent les anarchistes". En 1897, c’est avec lui que Kropotkine dîna après avoir refusé toutes les invitations des élites de la ville[4],[5]

Collection BrintonModifier

Daniel Brinton légua sa collection de livres et documents comprenant plus de quatre mille pièces au musée d’archéologie et d'anthropologie de l’Université de Pennsylvanie. Elle comprend, entre autres, des collections achetées à Brasseur de Bourbourg, Alphonse Pinart, au bibliophile Henry C. Murphy et au médecin mésoaméricaniste allemand Karl Hermann Berendt[6].

ÉcritsModifier

De 1868 à 1899, D Brinton publia au moins 23 livres, des brochures et environ 200 articles, dont :

RéférencesModifier

  1. a b et c "Brinton, Daniel Garrison". Encyclopædia Britannica 4 (11th ed.). Cambridge University Press.
  2. Notes on the Floridian Peninsula, Its Literary History, Indian Tribes and Antiquities
  3. Charles A. Lofgren, "The Plessey Case: A Legal-Historical Interpretation, Oxford University Press (1988), p. 104-5. (ISBN 0-19-505684-1)
  4. The Conservator, October 26th, 1897
  5. Letters, Brinton to Horace Traubel, April 26 & 27, 1896. Special Collections Dept., Temple University
  6. Catalogue de la collection Brinton, Université de Pennsylvanie, 2002, Introduction

Liens externesModifier