Dames (nouvelle)

nouvelle d’Anton Tchekhov

Dames
Publication
Auteur Anton Tchekhov
Langue Russe
Parution Drapeau : Russie , dans
Les Éclats no 16

Dames est une nouvelle d’Anton Tchekhov, parue en 1886.

HistoriqueModifier

Dames est initialement publiée dans la revue russe Les Éclats, numéro 16, du , sous le pseudonyme A.Tchékhonté. Aussi traduit en français sous le titre Les Dames[1].

RésuméModifier

Le directeur des écoles primaires Fiodor Pétrovitch reçoit l’instituteur Vrémenski. Ce dernier est désespéré : il a perdu sa voix en buvant de la bière glacée. Ne pouvant plus exercer, car sa voix ressemble maintenant à un sifflement, il faudrait le licencier ou le mettre à la retraite, mais, avec une femme, deux enfants et seulement quatorze années de service, il va se retrouver dans la misère.

Fiodor a une idée, il va lui donner le poste de secrétaire de l’orphelinat qui vient de se libérer, et il est heureux de ce dénouement qui soulage sa conscience.

Hélas ! Dès que le directeur est rentré chez lui, sa femme intervient pour que le poste revienne à un protégé de son amie Nina Serguéëvna, un certain Polzoukhine[2]. Cela va à l’encontre de ses principes : « Jamais de poste par protection ».

Pourtant, il ne se passe pas une journée sans qu’il reçoive un courrier d’une dame bien placée. À bout de force, il finit par recevoir le Polzoukhine, un jeune homme grassouillet auquel il va donner la place.

Fiodor a honte. Quand l’instituteur Vrémenski revient, Fiodor, vexé et humilié, le chasse avec colère.

NoteModifier

  1. Voir Dictionnaire Tchekhov, Page 65, Françoise Darnal-Lesné, Édition L'Harmattan, 2010, (ISBN 978 2 296 11343 5)
  2. « Ramper » en russe.

Édition françaiseModifier