Dalene Matthee

écrivain sud-africaine

Dalene Matthee (née Dalene Scott le à Riversdale, Province du Cap en Afrique du Sud et morte le à Mossel Bay, province du Cap-Occidental en Afrique du Sud) est une romancière sud-africaine d'expression afrikaans. Elle est notamment connue pour ses œuvres inspirées par la forêt de Knysna. Ses livres ont été traduits en quatorze langues, dont l'anglais, le français, l'allemand, l'espagnol, l'italien, l'hébreu et l'islandais[1], et plus d'un million d'exemplaires ont été vendus dans le monde.

Dalene Matthee
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
Mossel BayVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

BiographieModifier

Descendante de Walter Scott par la branche paternelle, Dalene Scott est née à Riversdale dans la province du Cap en 1938[2]. Troisième d'une fratrie de 5 enfants, son enfance est marquée par la musique, l'écriture et les vacances à la plage de Stilbaai.

En 1957, après ses études secondaires au lycée de Langenhoven à Riversdale, Dalene Scott, alors âgée de 18 ans, se marie avec Larius Matthee, un employé de la Standard Bank[3]. La même année, ils déménagent à Oudtshoorn où Dalene Matthee est inscrite au conservatoire de musique. Sa première fille, Amanda, nait en 1959 suivie 18 mois plus tard par sa seconde fille, Toni[4].

En 1962, la famille Matthee déménage à Darling dans le Swartland où, en 1964, nait Hilary, la 3e fille et dernier enfant du couple Matthee. Durant cette époque, elle commence à écrire des histoires d'enfants pour Siembamba, le programme pour enfants de la SABC. Elle commence également à jouer au golf et remporte le tournoi de golf féminin de Rondebosch[4].

De 1967 à 1971, la famille Matthee vit à Graaff-Reinet où elle est conservatrice du Musée d'art Hester Rupert et travaille dans l'équipe de restauration du patrimoine d'Anton Rupert[4]. Elle commence à publier ses premières nouvelles dans les journaux afrikaans comme Huisgenoot et Sarie. Elle obtient sa licence de piano au couvent de Sainte-Croix de Graaff-Reinet et, en 1970, publie son premier livre intitulé Die Twaalfuurstokkie, une histoire pour enfants.

En 1971, la famille Matthee s'installe à Uniondale près du col de Long Kloof où Larius Matthee a été nommé gérant de la branche locale de la Standard Bank. Dalene Matthee est alors employée pour participer à la restauration de deux bâtiments historiques : le moulin à eau et un ancien fort datant de la guerre des Boers[4]. À la suite de la mise en retraite anticipée de Larius Matthee pour des raisons de santé, la famille déménage en 1978 au bord de l'océan Indien, à Hartenbos, un village situé près de Mossel Bay. Au cours de cette période, Dalene Matthee publie plusieurs nouvelles pour les magazines et découvre la région forestière proche de Knysna[4].

En 1982, elle publie un recueil de nouvelles appelé Die Judasbokk puis deux romans populaires : ’n Huis vir Nadia (1982) et Petronella van Aarde, Burgemeester (1983).

Publié en 1984, son livre Kringe dans ’n Bos (Des Cercles dans la Forêt) est un roman sur l'extermination des éléphants et la vie des bûcherons dans la forêt de Knysna. Elle explique dans un entretien que le jour où elle a commencé à écrire ce roman, elle a abandonné le piano. Le livre est un succès international[5]. Le film fera l'objet dans les années 1990 d'une adaptation cinématographique.

En 1985, le roman suivant, Fiela se Genre (Le Fils de Fiela) devient également un best-seller international. Le récit s'appuie sur l'histoire, authentique, d'un enfant sauvage d'une douzaine d'années trouvé dans une zone forestière et recueilli par une famille métisse. Un bébé blanc ayant disparu neuf ans auparavant, l'enfant est transféré à cette famille blanche, à son grand désespoir, car il est étranger aux deux[5]. Le film est adapté au cinéma en 1988 par Katinka Heyns (Fiela se Kind)[6].

En 1987, Dalene Matthee publie Moerbeibos (Le Mûrier de la Forêt) puis Brug van die Esels (Le Pont des Mules) en 1993, suivi par Susters van Eva (Sœurs d'Ève) en 1995, Pieternella van die Kaap (Pieternella du Cape) en 2000, et le roman inspiré par la forêt  : Toorbos (Forêt de Rêve) en 2003.

Elle remporte de nombreux prix littéraires pour ses ouvrages.

Son mari, Larius Matthee, meurt d'un cancer en 2000.

Dalene Matthee s'installe en 2003 à Mossel Bay, où elle écrit Die Uitgespoeldes (Driftwood en anglais), et où elle décède en 2005, à la suite d'une insuffisance cardiaque[3].

Principales publicationsModifier

Les romans de la forêtModifier

  • Kringe dans 'n bos (Des cercles dans la forêt) (1984)[5]
  • Fiela se Genre (Le Fils de Fiela) (1985)[5]
  • Moerbeibos (Le Mûrier de La Forêt) (1987)
  • Toorbos (Forêt de Rêve) (2003)

Autres ouvrages publiésModifier

  • Die twaalfuurstokkie (Douze coups à l'horloge) (1970)
  • ’n Huis vir Nadia (Une maison pour Nadia) (1982)
  • Petronella van Aarde, Burgemeester (Maire Petronella van Aarde) (1983)
  • Brug van die esels (Le Pont de Mules) (1992)
  • Susters van Eva (Sœurs d'Ève) (1995)
  • Pieternella van die Kaap (Pieternella du Cap) (2000)
  • Die Uitgespoeldes (Bois flottant) (2005)

Publications en françaisModifier

  • Des Cercles dans la forêt, éditions Balland, 1984, traductrice : Sabine Boulongne.
  • Le Fils de Tiela, éditions P. Belfond, 1989, traductrice : Anne-Marie Jarriges.

PostéritéModifier

Ses cendres ont été dispersées dans la forêt de Knysna. En 2008, un mémorial a été érigé en sa mémoire et un Afrocarpus falcatus vieux de 800 ans debout en cet endroit a été appelé arbre de Dalene Matthee. Un sentier de randonnée au départ de Krisjan est aussi appelé sentier des cercles dans la forêt[7].

RéférencesModifier

  1. (af) « Dalene Matthee », sur mieliestronk.com
  2. (en) « Dalene Matthee, laurelled Afrikaans writer, is born in Riversdal, CP. Her best-known book, Kringe in ‘n bos (Circles in a for », South African History Online,‎ (lire en ligne)
  3. a et b (af) Erika Terblanche, « Dalene Matthee (1938–2005) », LitNet,‎ (lire en ligne)
  4. a b c d et e (en) « Chronologie », sur dalenematthee.co.za
  5. a b c et d « La vitalité d'un pays déchiré », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Sam Brighton, « Fiela se Kind (1988) », Channel24,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Memorial », sur dalenematthee.co.za

Liens externesModifier