Dainichidō bugaku

(Redirigé depuis Dainichidō Bugaku)

Le Dainichido Bugaku *
Image illustrative de l’article Dainichidō bugaku
Pays * Drapeau du Japon Japon
Liste Liste représentative
Année d’inscription 2009
* Descriptif officiel UNESCO

Le Dainichidō bugaku (大日堂舞楽?, littéralement « journée importante de la danse ») est un ensemble de neuf danses rituelles annuelles et de musique sacrée, nommé d’après le bugaku, spectacle du palais impérial, et d’après Dainichidō, visite de la suite impériale à Kazuno (préfecture d'Akita), lors de la reconstruction du sanctuaire local, Ōhirumemuchi jinja (大日霊貴神社?), au début du VIIIe siècle[1] : selon la légende, les artistes de cour enseignèrent alors la danse aux habitants de la région.

DescriptionModifier

L'ordre et le nombre de danses ont changé au fil du temps ; l'ordre actuel comprend sept danses : Gongen-mai, Koma-mai (danse du poulain), Uhen-mai, Tori-mai (danse de l'oiseau), Godaison-mai, Kôshô-mai et Dengaku-mai[2].

On utilise des masques de shishi et vairocana. La flûte[Laquelle ?] et le taiko sont les instruments de musique utilisés.

HistoireModifier

Les danses ont une histoire de 1 300 ans : elles remontent à la période de Nara[3], même si leur pratique a été interrompue pendant près de soixante ans à la fin du XVIIIe siècle. Ces danses, dont certaines peuvent inclure des enfants ou des masques, sont pratiquées le , du lever du soleil jusqu'à midi, dans les sanctuaires des communautés d'Osato, Azukisawa, Nagamine, et Taniuchi, y compris Hachimantai.

D’après Yamaji Kōzō, le Dainichidō bugaku vient de la période de Nara (CE 710 à 794) et du milieu de l'époque de Heian (de 794 à 1185), après que le soutien de l’État aux sanctuaires shintō (initialement recommandé par l'empereur Shōmu (de 701 à 756)) a commencé à décliner : les artistes et danseurs de cour ont alors pris résidence auprès de collectivités locales, qui ont ensuite conservé un genre comme le Dainichidō bugaku comme un art populaire[4].

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Dainichido Bugaku » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « Dainichidō bugaku », sur ich.unesco.org, Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (consulté le ).
  2. T. Lancashire, An Introduction to Japanese Folk Performing Arts, Routledge, (1re éd. 2011), 262 p. (ISBN 978-1138278967), p. 181.
  3. (en) Chikura Yukari, « Dainichidō Bugaku: Ritual Dances in the Chill of Winter (Photos) », sur nippon.com, (consulté le ).
  4. (en) Barbara E. Thornbury, The Folk Performing Arts: Traditional Culture in Contemporary Japan, Suny, (ISBN 9780791432563), « Overview », p. 37.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier