La dabkeh (en arabe : دبکة, « coup de pied ») est un type de danse folklorique connu au Levant, avec plusieurs versions régionales. C'est une danse de groupe en ligne où les danseuses et danseurs se tiennent les mains et frappent le sol fortement. Elle est le plus souvent dansée dans les mariages, les banquets et les fêtes occasionnelles.

Un ancien groupe de dabkeh à Naplouse.

Le meneur de la dabkeh entraîne avec lui la danse et les autres danseurs. Il est appelé ras (chef) et est autorisé à improviser sa danse. Il tient à la main un collier de perles masbaha et le fait tourner en l'air pendant que les autres danseurs donnent le rythme.

Les danseurs poussent parfois des cris pour donner de l'énergie à la danse et l'accentuer.

Elle est présente dans la culture libanaise, syrienne, irakienne, palestinienne, jordanienne, turque (halay), arménienne (churdj bar ou koçari) et kurde.

Contrairement à ce que certains pensent, cette danse ne fait pas partie de la culture israélienne, mais est exclusivement de culture levantine et n'est dansée en Israël que par la communauté du Levant, ainsi que dans les territoires occupés.

Les pasModifier

 
Jeunes palestiniennes de l'école Al Shioukh, lors de célébrations à Hébron, 2011.
 
Danse de groupe palestinien.
  • un pas en croisant le pied gauche devant le pied droit
  • ramener le pied droit à hauteur du pied gauche (en écartant légèrement les jambes)
  • refaire le premier pas une deuxième fois
  • levez le pied gauche (de façon que la jambe et le mollet fassent un angle droit) puis frapper le sol. 
  • répétez les trois mouvements en boucle.

Voir aussiModifier