Démographie de la Tchéquie

Démographie de la Tchéquie
Population totale de la Tchéquie au 1er janvier entre 1960 et 2014 (en millions, données Eurostat).
Population totale de la Tchéquie au 1er janvier entre 1960 et 2014 (en millions, données Eurostat).
Dynamique
Population 10 686 269 hab.
(2018)[1]
Évolution de la population 0.1 % (2018)[2],[3]
Indice de fécondité 1,46 enfant par [4]
(2018)[5]
Taux de natalité 9,2  (2018)[6],[7]
Taux de mortalité 10,5  (2018)[8],[9]
Taux de mortalité infantile 2,6  (2018)[10]
Âges
Espérance de vie à la naissance 78,9 ans (2018)[11]
Hommes : 76 ans
Femmes : 82,1 ans
Âge médian 42,5 ans (2018)[12]
Hommes : 41,2 ans
Femmes : 43,8 ans
Structure par âge 0-14 ans : 15,21 %
15-64 ans : 65,37 %
65 ans et plus : 19,42 %
Sex-ratio (2018)
Population totale 97 /100
À la naissance 105 /100
Par tranche d'âge 0-14 ans : 106 /100
15-24 ans : 106 /100
25-54 ans : 106 /100
55-64 ans : 95 /100
65 ans et + : 72 /100
Flux migratoires (2018)
Taux de migration 2,3 
Composition linguistique
Tchèque  
Composition ethnique
Tchèques 90,4 %
Composition religieuse
Église catholique 26,8 %
Protestantisme 2,1 %
Autres 3,3 %
Non-spécifié 8,8 %
Aucune 59 %

Au , la Tchéquie comptait 10 578 820 habitants[13].

La population totale du territoire qui est aujourd'hui la République tchèque a peu varié du début du vingtième siècle (9,3 millions) à 1939 (11,2 millions). Après la perte d'environ trois millions d'habitants pendant et juste après la deuxième guerre mondiale (8,8 millions en 1947), la croissance démographique a repris, mais de plus en plus faible puis quasi nulle. Avec la fin du régime communiste, la population baissait légèrement de 10,36 millions en 1990 à 10,19 millions en 2003, avant de reprendre modérément.

Depuis l'expulsion des Allemands des Sudètes en 1945 et la partition, en 1993 de la République fédérale tchécoslovaque en deux pays indépendants, la population de la Tchéquie est dans sa grande majorité (94 %) ethniquement ou linguistiquement tchèque.

Le pays, avec près de 70 % de la population ne se déclarant d'aucune religion, est l'un des plus athée d'Europe. Le phénomène est ancien, lié au rejet de l'Église catholique perçue comme la religion d'État de l'Empire austro-hongrois. La population juive, autrefois importante, a été exterminée ou assimilée.

Évolution de la populationModifier

Avant 1960Modifier

De 1960 à 2015Modifier

Évolution de la population de 1960 à 2015[13],[14]
Année Population

(au 1er janvier)

Naissances Taux de natalité (‰) Taux de fécondité

(enfants par femme)

Décès Taux de mortalité (‰) Taux de variation naturelle (‰) Solde migratoire Croissance démographique (‰)
1960 9 637 840 128 879 13,4 93 863 9,8 3,6 −106 684 - 7,5
1965 9 756 429 147 438 15,1 105 108 10,7 4,3 3 528 4,7
1970 9 906 474 147 865 15,0 123 327 12,5 2,5 −121 345 - 9,8
1975 10 023 688 191 776 19,1 124 314 12,4 6,7 2 401 6,9
1980 10 315 669 153 801 14,9 135 537 13,2 1,8 −41 216 - 2,2
1985 10 333 900 135 881 13,1 131 641 12,7 0,4 2 195 0,6
1990 10 362 102 130 564 12,6 1,90 129 166 12,5 0,1 −58 893 - 5,6
1995 10 333 161 96 097 9,3 1,28 117 913 11,4 - 2,1 9 999 - 1,1
2000 10 278 098 90 910 8,9 1,15 109 001 10,6 - 1,8 −27 980 - 4,5
2005 10 198 855 102 211 10,0 1,29 107 938 10,6 - 0,6 30 449 2,4
2010 10 462 088 117 153 11,2 1,51 106 844 10,2 1,0 14 334 2,4
2015 10 538 275 110 764 10,5 1,57 111 173 10,5 0,0 15 977 1,5

Au début de la 2e guerre mondiale, la population résidant dans ce qui est aujourd'hui la Tchéquie atteint son plus haut niveau (11,2 millions). En raison des persécutions des slaves et des juifs et l'expulsion des résidents allemands après la guerre, la population diminua d'environ trois millions, s'était réduite à 8,8 millions en 1947. La croissance de la population reprit de plus en plus lentement (0,7 % par an de 1947 à 1960, 0,3 % par an de 1960 à 1980) pour rester pratiquement stationnaire de 1980 à 1994 (0,01 % par an), avec un maximum à 10,36 millions en 1990.

Comme la plupart des pays de l'ex-bloc communiste, la population a d'abord connu un déclin depuis 1990, du fait d'une baisse de la natalité due, entre autres, à la suppression des politiques natalistes généreuses d'une part et aux incertitudes liées à la transition économique d'une économie étatisée à une économie capitaliste d'autre part. Ce déclin est resté très faible, avec une baisse de 170 000 résidents en treize ans, jusqu'en 2003 (10,19 millions). La croissance démographique a ensuite repris.

Projection démographiqueModifier

Projection démographique (année de référence 2015)[15],[16]
Année Population (au 1er janvier) - Projection de référence
2020 10 652 407
2030 10 691 890
2040 10 552 301
2050 10 478 190
2060 10 307 640
2070 9 983 111
2080 9 777 734

Migration et composition culturelleModifier

Les chiffres suivants sont à prendre avec précaution. La loi reconnait la citoyenneté (par définition tchèque) et la nationalité : tchèque (mais pas morave qui sont considérés comme tchèques par le législateur en particulier et les ethno-linguistes en général), slovaque, polonaise, hongroise, allemande, rom, etc.

Si l'indication de la nationalité est obligatoire sur la plupart des papiers d'identité, les chiffres ci-dessous sont issus du recensement de 2001 au cours duquel les habitants pouvaient librement se déclarer membre de telle ou telle nationalité.

En termes d'évolution (entre le recensement de 1991, non indiqué ici, et celui de 2001), on notera les faits suivants:

  • 1991 est marqué par un bouillonnement identitaire voire une crispation identitaire (qui mènera entre autres à la scission de la Tchéquie et de la Slovaquie), avec le recul, ceci se calme ;
  • Le pourcentage de ceux qui se déclarent Moraves passe de 13,2 à 3,7 % ; il en va de même pour ceux qui se réclament de la minorité silésienne qui perd les trois-quart de ses effectifs entre les deux recensements ;
  • Le pourcentage de ceux qui se déclarent Slovaques passe lui aussi de 3,1 à 1,9 %, non qu'un vaste mouvement de retour vers la Slovaquie ait eu lieu après la scission mais les Slovaques résidant en Tchéquie ont tendance à se considérer Tchèques, après un certain temps ;
  • la minorité vietnamienne, issue de l'immigration pour des raisons éducatives, de travail ou humanitaire entre « pays-frères » sous le communisme, s'émancipe et se revendique, passant de rien (alors qu'ils étaient déjà là en 1991) à 0,2 % (ou 17 400 membres) en 2001.

ImmigrationModifier

Répartition par nationalité[17],[18]
Nationalité 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
Total étrangers 441 536 451 923 464 670 493 441 524 142 564 345 593 366
  Ukraine 105 239 104 388 105 614 109 850 117 061 131 302 145 153
  Slovaquie 90 948 96 222 101 589 107 251 111 804 116 817 121 278
  Viêt Nam 57 406 56 665 56 900 58 025 59 761 61 097 61 910
  Russie 33 415 34 684 34 710 35 759 36 642 38 033 38 010
  Pologne 19 542 19 626 19 840 20 305 20 669 21 279 21 767
  Allemagne 18 507 19 687 20 464 21 216 21 261 21 267 21 478
  Bulgarie 9 132 10 058 10 984 12 250 13 795 15 593 17 183
  Roumanie 6 777 7 741 9 116 10 826 12 562 14 684 16 824
  Mongolie 5 289 5 464 5 986 6 799 7 895 9 075 9 844
  Royaume-Uni 5 376 5 647 5 966 6 288 6 698 7 093 8 332
  Hongrie 1 519 2 300 3 135 4 102 5 370 6 645 7 675
  Chine 5 508 5 587 5 721 6 126 6 871 7 485 7 673
  États-Unis 7 134 6 476 6 478 8 763 9 556 9 510 7 245
  Biélorussie 4 642 4 743 4 491 4 733 5 218 6 161 6 920
  Kazakhstan 5 007 5 181 5 141 5 456 5 678 6 034 5 940
  Moldavie 5 684 5 267 5 032 5 237 5 436 5 811 5 880
  Italie 3 503 3 810 4 161 4 550 4 908 5 268 5 682
  Serbie 2 570 2 631 2 698 2 885 3 178 4 380 5 593
  Inde 1 471 1 658 1 982 2 839 3 639 4 459 4 923
  France 3 025 3 244 3 483 3 728 3 973 4 164 4 409
  Autriche 3 400 3 447 3 464 3 560 3 607 3 644 3 672
  Pays-Bas 2 872 2 946 3 010 3 108 3 185 3 254 3 325
  Croatie 2 490 2 613 2 619 2 710 2 841 2 940 3 041
  Turquie 1 678 1 623 1 664 2 163 2 699 3 105 2 893
  Corée du Sud 1 520 1 517 1 692 2 017 2 401 2 673 2 475
  Macédoine du Nord 1 804 1 838 1 878 2 011 2 073 2 296 2 342
  Bosnie-Herzégovine 2 109 1 910 1 976 2 022 2 243 2 375 2 283
  Philippines 415 505 580 790 1 059 1 512 2 250
  Ouzbékistan 1 640 1 670 1 628 1 886 2 182 2 204 2 249
  Arménie 1 926 1 769 1 672 1 726 1 761 1 879 1 924
  Espagne 982 1 114 1 215 1 351 1 507 1 670 1 804
  Japon 1 557 1 488 1 483 1 595 1 748 1 852 1 784
  Grèce 1 091 1 154 1 228 1 350 1 503 1 665 1 782
  Géorgie 752 771 746 821 862 1 139 1 661
  Azerbaïdjan 815 831 840 947 1 043 1 266 1 373
  Kosovo 1 065 1 098 1 092 1 155 1 214 1 283 1 334
  Thaïlande 790 856 905 1 059 1 168 1 309 1 318
  Kirghizistan 591 586 562 618 757 1 004 1 174
  Israël 833 867 907 1 079 1 154 1 162 1 169
  Népal 164 188 246 398 753 1 265 1 159
  Égypte 662 729 773 893 1 059 1 147 1 141
  Suède 728 772 826 890 968 1 033 1 114
  Tunisie 726 774 800 916 1 018 1 087 1 088
  Canada 972 914 914 1 046 1 128 1 109 997
  Brésil 384 389 434 601 816 994 984
  Irlande 684 719 747 768 826 865 923
  Syrie 677 678 758 827 854 906 907
  Belgique 601 630 665 714 747 806 846
  Lituanie 721 759 795 840


Acquisition de la nationalité tchèque[19]
Pays d'origine 2014 2015 2016 2017 2018
  Ukraine 2 075 1 044 1 429 1 891 1 319
  Russie 463 305 563 752 633
  Slovaquie 574 150 372 630 501
  Viêt Nam 298 271 405 223 231
  Biélorussie 137 94 135 215 139
  Moldavie 175 55 93 138 118
Total naturalisés 10 016 4 925 5 536 6 440 5 260

SourcesModifier

  1. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  2. Le taux de variation de la population 2018 correspond à la somme du solde naturel 2018 et du solde migratoire 2018 divisée par la population au 1er janvier 2018.
  3. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  4. L'indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) pour 2018 est la somme des taux de fécondité par âge observés en 2018. Cet indicateur peut être interprété comme le nombre moyen d'enfants qu'aurait une génération fictive de femmes qui connaîtrait, tout au long de leur vie féconde, les taux de fécondité par âge observés en 2018. Il est exprimé en nombre d’enfants par femme. C’est un indicateur synthétique des taux de fécondité par âge de 2018.
  5. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  6. Le taux de natalité 2018 est le rapport du nombre de naissances vivantes en 2018 à la population totale moyenne de 2018.
  7. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  8. Le taux de mortalité 2018 est le rapport du nombre de décès, au cours de 2018, à la population moyenne de 2018.
  9. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  10. Le taux de mortalité infantile est le rapport entre le nombre d'enfants décédés à moins d'un an et l'ensemble des enfants nés vivants.
  11. L'espérance de vie à la naissance en 2018 est égale à la durée de vie moyenne d'une génération fictive qui connaîtrait tout au long de son existence les conditions de mortalité par âge de 2018. C'est un indicateur synthétique des taux de mortalité par âge de 2018.
  12. L'âge médian est l'âge qui divise la population en deux groupes numériquement égaux, la moitié est plus jeune et l'autre moitié est plus âgée.
  13. a et b « Évolution de la population - Bilan démographique et taux bruts au niveau national », sur appsso.eurostat.ec.europa.eu (consulté le 1er décembre 2017).
  14. « Indicateur conjoncturel de fécondité », sur ec.europa.eu (consulté le 1er décembre 2017).
  15. « Population Projections Data », sur ec.europa.eu (consulté le 1er décembre 2017).
  16. « Population au 1er Janvier par âge, sexe et type de projection », sur appsso.eurostat.ec.europa.eu (consulté le 1er décembre 2017).
  17. https://www.czso.cz/csu/cizinci/number-of-foreigners-data#rok
  18. (en-GB) « Foreigners: Number of foreigners », sur Foreigners: Number of foreigners (consulté le 2 juin 2019)
  19. https://www.czso.cz/csu/cizinci/1-ciz_nabyvani_obcanstvi

Liens externesModifier