Ouvrir le menu principal
Culture en courbes de niveau (Contour plowing), Pennsylvanie, 1938
Contour bunding, Catalogne, 2007.

La culture en courbes de niveau, (en anglais, contour plowing ou contour farming ou contour ploughing) est la pratique agricole consistant à labourer et/ou à planter sur une pente selon ses courbes de niveau d’élévation. Ces courbes de niveau créent une rupture de pente qui réduit la formation de ravines et rigoles lors d'un ruissellement important; qui est une cause majeure de l'érosion du sol. La rupture de pente laisse également plus de temps à l'eau pour s'infiltrer dans le sol[1]. Dans les cultures en courbe de niveau, les ornières que font la charrue sont perpendiculaires plutôt que parallèles aux pentes, induisant généralement des sillons qui se courbent autour du terrain et sont de niveau. Cette méthode est également connue pour prévenir l'érosion du labour. (L'érosion du labour est le mouvement et l'érosion du sol qui se produisent en labourant une parcelle donnée[2].) Une pratique similaire est le contour bunding où des pierres sont placées autour des contours des pentes. La culture en courbes de niveau aide à réduire l'érosion du sol.

Des pratiques de prévention de l'érosion du sol telles que celle-ci peuvent réduire considérablement les effets négatifs associés à l'érosion du sol, comme la réduction de la productivité des cultures, la dégradation de la qualité de l'eau, la diminution des niveaux d'eau dans les réservoirs, les inondations et la destruction de l'habitat[3]. La culture en courbes de niveau est considérée comme une forme active d'agriculture durable[4].

Sommaire

HistoireModifier

Les Phéniciens ont d'abord développé la pratique de la culture en courbes de niveau et l'ont répandue dans toute la Méditerranée. Cependant, les Romains ont préféré la culture en sillons droits et cette pratique est devenue la norme.

Histoire moderneModifier

 
"Is Your Farming on the Level" - NARA entre 1941 et 1945

Ce fut l’une des principales procédures promues par le Service britannique de conservation des sols (UK Soil Conservation Service, l’actuel Service de conservation des ressources naturelles, le Natural Resources Conservation Service) dans les années 1930. Le Département de l'Agriculture des États-Unis a mis en place le Service de conservation des sols (Soil Conservation Service) en 1935 pendant le Dust Bowl, quand il est devenu évident que l’érosion des sols était un problème majeur avec la désertification.

L'ampleur du problème était telle que l'Annuaire de l'agriculture - "Yearbook of Agriculture" - de 1934 notait qu'environ 35 millions d'acres (142 000 km2) de terres autrefois cultivées avaient été essentiellement perdues pour la production agricole...100 millions d'acres (405 000 km2) de cultures avaient perdu la totalité ou la plus grande partie de la terre arable; 125 millions d'acres (506 000 km2) de terres alors en culture perdaient rapidement leur terre. Cela pouvait conduire à une désertification à grande échelle qui pouvait transformer de manière permanente un paysage autrefois productif en un paysage aride, devenant de plus en plus intensif et coûteux à cultiver[5].

Le Service de conservation des sols a collaboré avec les gouvernements des États et les universités sur des programmes agricoles établis tels que celui de l’Université du Nebraska pour promouvoir la méthode auprès des agriculteurs. En 1938, l'introduction de nouvelles techniques agricoles telles que la culture en courbes de niveau avait permis de réduire les pertes de sol de 65% malgré la poursuite de la sécheresse.

Des démonstrations ont montré que la culture en courbes de niveau, dans des conditions idéales, augmenterait les rendements des cultures en lignes de près de 50%, avec des augmentations communes de 5 à 10%. Il est important de noter que cette technique réduit également de manière significative l'érosion du sol, la perte d'engrais et, globalement, rend l'agriculture moins gourmande en énergie et en ressources dans la plupart des circonstances[6]. La réduction des pertes d'engrais permet non seulement d'économiser du temps et de l'argent à l'agriculteur, mais réduit également le risque de nuire aux systèmes régionaux d'eau douce. L'érosion des sols causée par de fortes pluies peut encourager le développement de rigoles et de ravines qui transportent les nutriments en excès dans les systèmes d'eau douce par le processus d'eutrophisation.

La culture en courbes de niveau est également encouragé dans les pays présentant des régimes de précipitations similaires à ceux des États-Unis, tels que l'ouest du Canada et l'Australie.

La pratique n'est efficace que sur les pentes comprises entre 2% et 10% et lorsque les précipitations ne dépassent pas une certaine quantité au cours d'une période donnée. Sur les pentes plus abruptes et dans les zones à forte pluviométrie, une procédure appelée « Culture en bande » (stripp cropping) est utilisée avec la culture en courbes de niveau (contour farming) pour fournir une protection supplémentaire[7]. La culture en courbes de niveau est plus efficace lorsqu'elle est utilisée avec d'autres méthodes de conservation du sol telles que la culture en bandes, l'agriculture en terrasse et l'utilisation d'un couvert végétal (cover crop)[8] . La combinaison appropriée de ces méthodes de culture peut être déterminée par diverses conditions climatiques et pédologiques de cette zone donnée. Les sites agricoles sont souvent classés en cinq niveaux: insensible, léger, modéré, élevé et extrême, en fonction de la sensibilité du sol de la région[9]. La culture en courbes de niveau est appliquée dans certains pays européens tels que la Belgique, l'Italie, la Grèce, la Roumanie, la Slovénie et l'Espagne dans les zones présentant une pente supérieure à 10%[10].

Le mode de conception et de gestion des paysages agricoles KeyLine  de P. A. Yeomans critique les techniques traditionnelles de labour en courbe de niveau et améliore le système en observant la forme de terrain et topographie normales. À l'une des extrémités d'un contour, la pente du terrain sera toujours plus raide qu'à l'autre. Ainsi, en labourant des parcours parallèles parallèles à tout contour, les sillons de la charrue s'écartent rapidement d'un vrai contour. L'eau de pluie dans ces sillons s'écoulera donc latéralement le long de la ligne "contour" qui descend. Cela peut souvent concentrer l'eau de manière à aggraver l'érosion au lieu de la réduire. Yeomans a été le premier à apprécier l’importance de ce phénomène. La culture Keyline utilise cette dérive "hors contour" pour cultiver des sillons afin de contrôler le mouvement de l'eau de pluie au profit de la terre (Voir le chapitre 7 dans la Priority One History of Twentieth Century Soil Conservation and Keyline).

La culture en courbe de niveau a été largement adopté au Burkina Faso après qu’elle ait été suggérée par le travailleur britannique d’Oxfam, Bill Hereford, au début des années 1980.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. "Contour Farming for Cropland in the Pacific." University of Hawai‘i - College of Tropical Agriculture and Human Resources. Ed. University of Hawaii at Manoa. USDA NRCS Practice (330), Web. <http://www.ctahr.hawaii.edu/wq/publications/Final_FactSheets/ContourFarmingCrop330.pdf>.
  2. Penn State College of Agricultural Sciences. "Tillage Erosion." Agronomy Guide (Penn State Extension). Penn State College of Agricultural Sciences, 2013. <http://extension.psu.edu/agronomy-guide/cm/sec1/sec11e>.
  3. Lifen Xu, Xuegong Xu et Xiangwei Meng, « Risk assessment of soil erosion in different rainfall scenarios by RUSLE model coupled with Information Diffusion Model: A case study of Bohai Rim, China », CATENA, vol. 100,‎ , p. 74–82 (DOI 10.1016/j.catena.2012.08.012, lire en ligne)
  4. Banerjee U Roychoowdhury, S Sofkova et J Yah, « ORGANIC FARMING FOR CROPIMPROVEMENT AND SUSTAINABLE AGRICULTURE IN THE ERA OF CLIMATE CHANGE », Online Journal of Biological Sciences, vol. 13, no 2,‎ , p. 50–65
  5. Hogan, Michael C., and GreenFacts. "Desertification." Encyclopedia of Earth., 22 July 2010. Web. <http://www.eoearth.org/view/article/151708/>.
  6. "Contour Farming." Encyclopædia Britannica. Ed. Encyclopædia Britannica., 2013. Web. <http://www.britannica.com/EBchecked/topic/135192/contour-farming>.
  7. NRCS Conservation Practice Standard 330-Contour Farming
  8. Reinhardt, Claudia, and Bill Ganzel. "Contour Plowing & Terraces during the 1930s Depression." Living History Farm., 2003. Web. <http://www.livinghistoryfarm.org/farminginthe30s/crops_11.html>.
  9. Ronghua Zhang, Xia Liu, Gary C. Heathman, Xiaoyou Yao, Xuli Hu et Guangcan Zhang, « Assessment of soil erosion sensitivity and analysis of sensitivity factors in the Tongbai–Dabie mountainous area of China », CATENA, vol. 101,‎ , p. 92–9 (DOI 10.1016/j.catena.2012.10.008, lire en ligne)
  10. Panos Panagos, Pasquale Borrelli, Katrin Meusburger, Emma H. van der Zanden, Jean Poesen et Christine Alewell, « Modelling the effect of support practices (P-factor) on the reduction of soil erosion by water at European scale », Environmental Science & Policy, vol. 51,‎ , p. 23–34 (DOI 10.1016/j.envsci.2015.03.012, lire en ligne)

Liens externesModifier