Couronne perlée du gland

Couronne perlée du gland
Description de l'image Hirsuties papillaris coronae glandis.jpg.
Spécialité UrologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 D29.0Voir et modifier les données sur Wikidata
eMedicine 1058826Voir et modifier les données sur Wikidata

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La couronne perlée du gland ou couronne sous balanique est un phénomène physiologique apparaissant chez certains hommes à la puberté et essentiellement dans la seconde et troisième décennie de vie. Ce phénomène se traduit par la présence de petites excroissances cutanées blanches (les follicules sébacés, présents chez tous les hommes, mais généralement peu visibles voire invisibles) sur la couronne du pénis.
La structure histologique du tissu évoque l’angiofibrome.

OrigineModifier

Cette formation est complètement naturelle, normale et indolore, à ne pas confondre avec les condylomes ou une mycose. Ce n'est pas une maladie sexuellement transmissible mais un phénomène physiologique normal. Ce n'est en aucun cas dû à un manque d'hygiène et est inodore.

ÉvolutionModifier

La couronne perlée est due à l'hypercroissance des follicules sébacés sous l'effet d'un taux d'hormones sexuelles élevé à la puberté. Avec le temps, leur taille diminue généralement, bien que la couronne perlée ne disparaisse pas. Des lésions sont possibles et anxiogènes, mais généralement bénignes. Les papules ne sont pas considérées comme risquant d’évoluer en tumeur ou cancer[1].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

IncidenceModifier

En France, la Société française de dermatologie évalue le nombre d'hommes présentant une couronne perlée à 39 %. Aux États-Unis, l’incidence semble varier de 8 à 48 % selon les sources[2]. Quelques études[Lesquelles ?] suggèrent (toujours aux États-Unis) un nombre moins élevé de cas chez les hommes circoncises (12 % contre 22 %)[2]. Une étude[Laquelle ?] a trouvé que le nombre de cas était plus élevé chez les hommes à peau noire chez les circoncis (21 % contre 7 %, respectivement) et non circoncis (44 % contre 33 %, respectivement)[2], mais au niveau international aucun groupe ethnique ne semble épargné ou plus concerné, et on ne note pas non plus de prévalence géographique[1].

TraitementModifier

Aspect sociopsychologiqueModifier

Le problème principal est l’anxiété, notamment face au regard du partenaire sexuel, que l’on peut traiter en expliquant aux patients et à leurs partenaires sexuels la nature bénigne de ce phénomène physiologique ; qu’il ne s’agit pas d’une maladie sexuellement transmissible ; cette couronne perlée finissant par ailleurs par disparaître d’elle-même avec l’âge.

Certains peuvent vivre ce relief de la peau positivement, comme une décoration ou une source de plaisir supplémentaire pour son partenaire sexuel, dû aux plus nombreuses zones en contact (il évoque certains reliefs ajoutés par les fabricants aux préservatifs pour augmenter le plaisir des partenaires lors de la pénétration).

Traitement chirurgicalModifier

Il est réputé généralement inutile.
Pour les patients qui le souhaitent vraiment, la chirurgie classique ou au laser au CO2 est parfois utilisée. Une bonne hygiène est recommandée à la suite de l’intervention. Pour rappel, l’hygiène n’est en aucun cas responsable de ce phénomène.

Notes et référencesModifier

SourceModifier

  • (en) C. Sonnex et W.G. Dockerty (1999) « Pearly penile papules: a common cause of concern » International Journal of STD & AIDS 1999;10(11):726-7.

NotesModifier

  1. a et b (en) Explications sur eMedicine.com.
  2. a b et c (en) Andreas Körber, Joachim Dissemond, « Pearly penile papules », CMAJ : Canadian Medical Association Journal, vol. 181, nos 6-7,‎ , p. 397. (ISSN 0820-3946, PMID 19654193, DOI 10.1503/cmaj.081861, lire en ligne, consulté le 14 juin 2012)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :