Ouvrir le menu principal

Une cordelée est une section d'une paroisse en Bretagne, particulièrement dans le Léon. L'établissement des rôles d'impôt et la levée de ces impôts (capitation) se faisait par cordelée.

ExemplesModifier

  • « À Plougourvest, dans mon enfance, nous parlions encore des deux cordelées, la longue et la brève, à l'origine subdivisons fiscales, devenues associations d'entraide. Elles ne fonctionnaient plus, mais on devait en principe assister à l'enterrement de toute personne de sa cordelée »[1].
  • « Le territoire de Plounévez était divisé, jusqu'en 1912, en cinq cordelées ou sections : Lochrist ; Pont-Christ ; Kermeur ; Keriann-vihan-al-liorziou ; Coat-Huet. Cette dernière cordelée perdit, le , treize de ses villages, annexées par ordonnance de Mgr Duparc à la paroisse de Lanhouarneau : il s'agit de toute la section de Trofagan, qui se trouve au sud-ouest du bourg, du côté de Plouider et de Saint-Méen. Depuis la perte de Trofagan, la cordelée de Coat-Huet s'appelle cordelée du Frédé, nom du village qui est au centre de la nouvelle circonscription »[2].
  • « Dans cette commune (Plouvien) divisée en cinq cordelées, elles-mêmes subdivisées en quartiers, le lieu habité n'a pas d'existence légale »[3].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jean Rohou, "Fils de ploucs", éditions Ouest-France, page204, [ (ISBN 2-7373-3452-7)]
  2. Chanoine Henry Pérennès," Plounévez-Lochrist. Une belle paroisse du Léon", 1941
  3. André Meynier, compte-rendu du livre d'André Guilcher, "L'habitat rural à Plouvien", Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, année 1951, volume 6, n°3, pages 397-398, consultable http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1951_num_6_3_1986_t1_0397_0000_2