Corbeyran de Cardaillac-Sarlabous

Corbeyran de Cardaillac-Sarlabous
Description de cette image, également commentée ci-après
Corbeyran de Cardaillac
Naissance
Lomné (France)
Décès
La Houblonnière
Nationalité Français
Famille

Corbeyran de Cardaillac-Sarlabous est un baron français qui vécut au XVIe siècle. Né en 1515, il participa a de nombreuses batailles et voyagea beaucoup. Il mourut d'ailleurs loin de sa terre natale, dans son château de La Houblonnière.

Biographie[1]Modifier

Corbeyran, comme son frère Raymond est né au château de ses aïeux, à Lomné, vers 1515.
À vingt ans (1536) il guerroie en Savoie contre Charles Quint. Une dizaine d'années plus tard il combat à Cérisoles avec Blaise de Monluc. Ce fut une grande bataille où s'illustrèrent particulièrement les Gascons et Corbeyran parmi eux.

Commence alors la période Écossaise de la vie de Corbeyran. Sa première campagne d’Écosse (1548 à 1557) a pour but de permettre l'envoi en France de la jeune Marie Stuart et d’empêcher son mariage avec le fils d'Henri VIII d'Angleterre. En il est nommé capitaine de la place forte de Dunbar.

Il rentre en France fin 1557, et est nommé Échanson du Roi en . Il repart pour l’Écosse au début de 1559 est reste trois ans. Il lutte pour Marie Stuart contre les Anglais, et demeuré presque seul Français en Écosse, il sauve l'honneur par son énergie et son prestige. Il s'entête à rester en Écosse et y perd sa fortune. Il ne consent à quitter Dunbar qu'en . Marie Stuart le regrette et, plus tard, quand elle est appelle à son aide Catherine de Médicis et son beau-frère le Roi de France Henri II, elle demande qu'on lui envoie des soldats français commandés par Corbeyran de Sarlabous. Cet appel de la Reine prisonnière, est à la gloire de la Gascogne et de ses capitaines.

Revenu après douze ans d'absence dans son pays, il est mis à la tête d'un régiment de douze enseignes picardes et devient mestre de camp de son régiment.
Commencent alors les guerres de religions. Il participe au siège de Bourges (aout 1562), à celui de Rouen (octobre 1562), à la bataille de Dreux()

Il part après au siège du Havre. Cette fois les catholiques et les protestants, réconciliés, y luttaient ensemble contre les Anglais. Corbeyran s'y couvre de gloire et il est nommé gouverneur du Havre (1er aout 1563). Il s'y montre, pendant vingt-et-un ans, admirable et vigilant administrateur : il fortifie la ville, l'embellit, édifie divers monuments (Logis du Roi, Église Notre-Dame). Il y fit régner le calme, la prospérité et la paix pendant les violences fratricides des luttes religieuses.

Il est nommé conseiller d’État (), chevalier des ordres. Il meurt au début de 1586, ayant quitté son gouvernement du Havre et s'étant fixé en Normandie, au manoir de la Houblonnière, par suite de son mariage avec Marguerite le Valois.

Notes et référencesModifier

  1. D'après la conférence populaire de M. Lêo Abart (2°partie)