Ouvrir le menu principal

Constantin Zetkin

médecin, économiste et politicien allemand
Constantin Zetkin
Rosa Kostja Zetkin.jpg
Rosa Luxemburg et Constantin Zetkin (1909)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
Halfmoon Bay (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Konstantin ZetkinVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Université Humboldt de Berlin
Gymnasium de Charles à Stuttgart (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Mère
Fratrie
Autres informations
Parti politique
Distinction

Constantin (Kostja) Zetkin (* à Paris ; † à la baie de Halfmoon (en), Canada[1],[2]), de nationalité allemande, était médecin, économiste et politicien. Il fut un des fils de Clara Zetkin, ainsi qu'un des amants de Rosa Luxembourg.

BiographieModifier

Fils d'Ossip et de Clara Zetkin, Constantin Zetkin est né à Paris en 1885. En 1891 sa famille rentre en Allemagne. Malgré d’importantes difficultés linguistiques et économiques, il parvient à étudier à Berlin. Il sera notamment sous-locataire de Rosa Luxembourg, avec laquelle il aura une relation de 1907 à 1915.

Au cours de ses études, il opte dans un premier temps pour l’économie politique, avant de suivre son frère Maxime Zetkin en allant étudier la médecine. À partir du 5 mars 1915 - avant l'obtention de son diplôme, Constantin Zetkin doit intégrer le service militaire en tant que sous-officier du service médical. Envoyé au front de l'Ouest, il deviendra ensuite assistant, puis auxiliaire-médecin sur le champ de bataille. Il participera notamment à la bataille de la Somme, il travaillera à Verdun et sera finalement envoyé à Reims. À la suite de son service militaire, il reçoit le la croix de fer de seconde classe[3]

Une fois son service militaire accompli, il termine ses études de médecine en 1923, en tant que lauréat de sa promotion. La même année, il s’implique avec Karl Korsch, George Lukacs et Richard Sorge dans la fondation, au sein de l’université de Francfort, de l’Institut de recherche sociale [4]. Il participe aux travaux de cette structure lors de la semaine marxiste (de) de mai 1923. Durant la même période, il était également rédacteur en chef du journal Die Gleichheit (Gleichheit signifiant « Égalité »). Il doit quelque temps plus tard prendre en charge sa mère malade Clara Zetkin et continue de se qualifier comme étant un « collaborateur technique » de l’institut. Après la prise de pouvoir du Parti national-socialiste en Allemagne, la famille Zetkin fuit en URSS. Après la mort de sa mère, la famille Zetkin se déchire à propos de la succession et Constantin Zetkin commence à avoir des problèmes avec les représentants du gouvernement de l’Union soviétique. C’est pourquoi il fuit en Tchécoslovaquie, afin de rejoindre la France. Une fois sur place, il n'obtient pas le droit de travailler comme médecin et doit gagner sa vie en tant que masseur et infirmier jusqu’à la Seconde Guerre mondiale[3].

Constantin Zetkin fut emprisonné dès le début de l’occupation de la France par les armées allemandes. Il fut cependant libéré à la fin de la guerre. En 1945, il décide de partir aux États-Unis, plus précisément à New York et dans l’Illinois, où il travaille dans différents sanatoriums et hôpitaux psychiatriques. Dans les années 1950, il s'installe comme fermier avec sa femme à la baie de Halfmoon, au Canada[5]. Il y restera jusqu’à sa mort.

PostéritéModifier

L’hebdomadaire Die Zeit a écrit, à propos de la postérité des travaux littéraires et politiques de Constantin Zetkin : « La plus importante publication est constituée par l’ensemble des lettres échangées entre Rosa Luxembourg et Constantin Zetkin (1885-1890). Malheureusement, les propriétaires de ces 600 lettres échangées, en raison de leurs « propos intimes et privés prédominants », ont refusé de publier près de 70 d’entre elles et ont réalisé des « omissions occasionnelles et mineures. » Ces restrictions sont peu compréhensibles, notamment lorsque l’on constate que les lettres publiées jusqu’à présent comportaient généralement des contenus « privés et intimes[6]. »

À l’occasion d’une première du théâtre Grips, le Berliner Morgenpost rapporte que « Rosa Luxembourg refusa de se marier toute sa vie et la majorité de ses amants était plus jeunes qu’elle. Selon Régine Seidler, son aventure la plus heureuse fut avec Contantin Zetkin, le fils de sa meilleure amie Clara Zetkin. Ce fut une relation d’amour intime. Au sein de la RDA cet aspect de sa vie était peu évoqué. Il se disait alors que Rosa Luxembourg avait eu , à cette époque de sa vie, une relation maternelle avec son sous-locataire. Une réécriture intéressante[7]. »

PublicationsModifier

  • Correspondances avec Constantin Zetkin (1893-1905). In: Rosa Luxemburg - Gesammelte Briefe, publié par l'Institut pour le marxisme-léninisme par le comité central du SED, 5 volumes, éditions Dietz, Berlin (RDA) 1982-1984.
  • Volume 6 des „Lettres collectées“ parmi les inédits de l'époque de la RDA, éditions Dietz, Berlin, 1993

Liens webModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier