Conseil des commissaires du peuple (URSS)

plus haute autorité gouvernementale sous le régime soviétique
Conseil des commissaires du peuple
Histoire
Fondation
Dissolution
Prédécesseur
Conseil des commissaires du peuple de la RSFS de Russie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Successeur
Cadre
Type
Siège
Pays
Flag of the Soviet Union (1955-1980).svg URSSVoir et modifier les données sur Wikidata
Organisation
Président
Organisation mère
Comité central de l'Union soviétique (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Le Conseil des commissaires du peuple (en russe : Совет народных комиссаров Советского Союза ou Совнарком, translittération : Soviet Narodnykh Kommissarov Soviétskovo Soïoúza ou Sovnarkom, parfois abrégé en SNK[1]) est la plus haute autorité gouvernementale sous le régime soviétique. Il remplace le gouvernement provisoire à la suite de la prise de pouvoir par les bolcheviks le 25 octobre 1917 ( dans le calendrier grégorien), lors de la révolution d'Octobre. Le Conseil des commissaires du peuple est remplacé en 1946 par le Conseil des ministres de l'URSS.

Mise en placeModifier

 
Session du Conseil des commissaires du peuple, réunis à Moscou, en 1920

Après l'expulsion des socialistes-révolutionnaires de droite et des mencheviks, qui refusent de légitimer l'insurrection bolchevique, le IIe congrès des Soviets est composé de bolcheviks et de socialistes-révolutionnaires de gauche. Avant de se séparer, il instaure un « gouvernement ouvrier et paysan provisoire », le Conseil des commissaires du peuple, qui doit gouverner le pays « jusqu'à la réunion de l'Assemblée constituante »[2].

Le Conseil des commissaires du peuple ne comporte alors que des bolcheviks.

Soutenu par Trotski, Lénine repoussa l'idée d'un gouvernement de coalition des partis révolutionnaires. En réponse, Rykov, Teodorovitch, Milioutine et Noguine quittent le Conseil[5].

Notes et référencesModifier

  1. Cécile Pichon-Bonin, « Peindre et vivre en URSS dans les années 1920-1930 », OpenEditions.org,‎ (lire en ligne  )
  2. Michel Heller et Aleksandr Nekrich, L'Utopie au pouvoir. Histoire de l'URSS de 1917 à nos jours, Paris, Calmann-Lévy, coll. « Liberté de l'esprit », 1985, p. 34.
  3. Louis Aragon et André Maurois, Les Deux Géants. Histoire des États-Unis et de l'URSS de 1917 à nos jours. Tome 3 : Histoire de l'URSS de 1917 à 1929, Paris, Éditions du Pont Royal, 1963, p. 140.
  4. Richard Pipes, La Révolution russe, p. 460, PUF
  5. Michel Heller et Aleksandr Nekrich, L'Utopie au pouvoir, op. cit., p. 36.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier