Ouvrir le menu principal
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.
Chronologie de la conquête du royaume de Valence, y compris les rattachements faits au cours du XIXe siècle.

La reconquête du royaume de Valence (en arabe : بلنسية ; Balansiya) désigne l'ensemble de manœuvres militaires qui ont conduit à l'annexion de l'actuel territoire de la Communauté valencienne à la couronne d'Aragon.

Sommaire

PrésentationModifier

Entre 1229 et 1245, en seulement seize ans, la couronne d'Aragon réussit la conquête d'une grande partie de ce qui allait devenir le royaume de Valence, notamment grâce à l'aide du dernier vice-roi almohade de Valence, Zayd Abu Zayd, qui deviendra vassal d'Aragon dans un premier temps, avant de totalement céder la région et de se convertir au catholicisme.

Devant la réussite des campagnes militaires menées à un niveau particulier par les nobles aragonais, Jacques Ier entreprit la conquête des taïfas valenciennes.

Après la prise de Morella en 1232, on peut distinguer trois phases :

Le royaume de Murcie fut également conquis par Jacques Ier. Mais il ne le fut réellement qu'à l'époque de Jacques II (sentence arbitrale de Torrellas, en 1304) quand les territoires d'Alicante et Orihuela ont été annexés au royaume de Valence.

Le Llibre del Repartiment (Livre de la Répartition) fournit des informations sur de nombreux aspects du repeuplement et sur la manière dont a été distribué le territoire conquis. Les immigrants venaient de Catalogne, Aragon et d'autres pays européens.

La population musulmane qui n'a pas fui, fut établie dans les zones montagneuses de l'intérieur, où elle a continué à être majoritaire tout au long du Moyen Âge[1]. Cependant, d'autres auteurs considèrent que les populations musulmane, chrétienne mozarabe et juive qui vivaient dans le royaume de Valence et ne se sont pas enfuies avec Zayán Ibn Mardanix, ont continué à vivre et travailler dans leur région d'origine, tout en étant soumises à de nouvelles hiérarchies. On évalue à 200 000 personnes celles qui vivaient dans le royaume de Valence et les sources les plus optimistes calculent que quelque 50 000 abandonnèrent leurs terres, puisque le pacte signé entre Jacques Ier et Zayán stipulait que les résidents pouvaient rester sans que personne ne les inquiète. Le repeuplement était l'œuvre de populations en majorité catalanes et aragonaises.

Notes et référencesModifier

  1. Jordi Bolòs, Diccionari de la Catalunya medieval (ss. VI-XV), Éditions 62, Collection El Cangur / Diccionaris, no 284, Barcelone, avril 2000 (ISBN 84-297-4706-0), p. 255 – 256.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier