Compagnie de navigation mixte

ancien armement français

Compagnie de navigation mixte
logo de Compagnie de navigation mixte
Affiche de la CNM (vers 1925).

Création 1850
Disparition 1981
Fondateurs Louis Arnaud et Touache frères
Action Transport maritime
Siège social Paris
Activité Transports par eau (d)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

La Compagnie de navigation mixte est une ancienne compagnie maritime française active de 1850 à 1981, dont l'histoire est liée aux colonies françaises en Afrique du Nord. Après 1969, elle est transformée en un conglomérat financier diversifié. Elle est absorbée par Paribas en 1996.

HistoriqueModifier

Louis Arnaud, agent maritime à Marseille, et les frères Touache, des banquiers lyonnais, fondent en la Société Louis Arnaud, Touache Frères et compagnie, société en commandite dont l'objet de « contribuer au développement des relations entre la Métropole et la Colonie, de les rapprocher l'une et l'autre […] en réduisant autant que possible la durée des traversées ».

La société lance son premier navire en , le Du Tremblay, un vapeur à hélice pouvant transporter 50 passagers et 350 tonnes de fret, qui est affecté à la ligne Marseille - Alger.

Elle prend le nom de Compagnie de navigation mixte en 1855, reflétant ainsi la volonté de la compagnie de s'orienter sur l'exploitation de navires à propulsion mixte (voile et vapeur).

En 1855, la société assure un service régulier de douze voyages par mois (4 sur Alger, 3 sur Oran, 3 sur Philippeville, 1 sur Bône et 1 sur Tunis).

En 1858, elle devient une société anonyme par actions.

En 1888, elle est renommée compagnie de navigation mixte (compagnie Touache).

En 1929, la CNM inaugure une gare maritime [1] à Port-Vendres en partenariat avec la Compagnie du Midi.

La compagnie subit de lourdes pertes pendant la Seconde Guerre mondiale : en 1945, il ne lui reste que 3 navires sur 15 en 1939 et sa base de Port-Vendres est lourdement endommagée.

La guerre d'Algérie et l'accession à l'indépendance en 1962 enlèvent une importante partie du chiffre d'affaires de compagnie.

En 1967, le capital de la compagnie appartient à la société d'assurances La Fortune.

En 1969, elle s'associe à la Compagnie générale transatlantique pour créer la Compagnie générale transméditerranéenne à qui elle cède l'ensemble de sa flotte.

Le , La Fortune nomme Marc Fournier PDG[2]. Dans les années suivantes, il transforme la compagnie de navigation mixte en un conglomérat financier diversifié après plusieurs opérations financières (fusions-absorptions et augmentations de capital)[3]. Les prises de participations se concentrent dans les secteurs d'activités suivantes : immeubles et terrains, transports, tourisme (hôtellerie et agences de voyages), banques et assurances, agroalimentaire (Huiles Lesieur de 1972 à 1977[4])[3],[5],[6].

La compagnie cesse ses activités maritimes en 1981 avec la vente des deux porte-conteneurs, le Pagnol et le Raimu[7], qu'elle possédait encore[8].

Le , la banque Paribas lance une OPA qui échoue[9].
En 1995, Paribas allié à Allianz et au groupe Jean-Marc Vernes prend le pouvoir lui permettant l'année suivante de lancer une nouvelle OPA qui lui permet d'absorber la Compagnie de navigation mixte[10],[11],[12].

Notes et référencesModifier

  1. Pressearchiv 20. Jahrhundert, (organisation), consulté le  
  2. « M. de Cazalet est révoqué de la présidence de la compagnie de navigation mixte », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2019)
  3. a et b « La Compagnie de navigation mixte malade de Lesieur Le capitalisme climatise », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2019)
  4. « La Navigation Mixte a cédé sa participation dans le capital du groupe alimentaire français », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2019)
  5. Jacques Mornand, « La chasse est ouverte », Le Nouvel Obs,‎ , p. 48 (lire en ligne)
  6. « La navigation mixte, comme son nom l'indique », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2019)
  7. Kota Indah (ex-Elisa Dio, ex-Raimol, ex-Raimu), À la casse.com no 13 - Robin des Bois, septembre 2008.
  8. (en) « Compagnie de Navigation Mixte (Shipping company, France) » [archive], sur Flags of the World, CRW Flags, (consulté le 12 avril 2014).
  9. Coup d'État réussi à la Navigation mixte Paribas s'est vengé de son OPA manquée de 1989 en prenant le pouvoir, Libération, 1995.
  10. Paribas, Allianz et le groupe Jean-Marc Vernes ont décidé, avec l'appui du Crédit Lyonnais, d'évincer l'homme qui présidait aux destinées de la Navigation Mixte depuis vingt-six ans, Les Échos, 1995.
  11. Compagnie de Navigation Mixte : le symbole de la stratégie de mobilité du groupe, Les Échos, 1997.
  12. « Les patrons de la BNP et de la Société générale vont être auditionnés une dernière fois. Petites concessions avant le verdict », sur Libération.fr, (consulté le 18 août 2019).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier