Ouvrir le menu principal

CommWarrior est un virus informatique qui peut infecter les smartphones fonctionnant sous le système d'exploitation Symbian S60 de la marque Nokia[1],[2]. Il a été découvert en mars 2005[1], plusieurs variantes du virus ont circulé entre 2005 et 2006[2].

Il s'agit du premier virus pour la téléphonie mobile dont l'infection se transmet par message MMS[3],[1]. Une fois que le virus a infecté un smartphone, il tente de s'envoyer par MMS à tous les contacts présents dans la mémoire du téléphone, il répond aussi automatiquement à tous les SMS et MMS reçus avec un message infecté. Les personnes recevant ces MMS sont à leur tour infectées si elles acceptent d'ouvrir le message. Comme son prédécesseur Cabir, CommWarrior peut aussi se transmettre par Bluetooth en se connectant aux téléphones à proximité (dans les dix mètres environ)[1].

CommWarrior a été largement diffusé, on estime qu'il a infecté plus de 115 000 téléphones, nombre à comparer à un total de quelques dizaines de millions de smartphones fonctionnant sous Symbian OS à l'époque. Le virus a été responsable de jusqu'à 3 % du trafic MMS chez certains opérateurs de téléphonie[3]. Comptant parmi les premiers virus pour smartphone, il a été conçu par défi en recherchant une diffusion maximale. Le principal dommage pour les victimes a été la facturation des MMS[note 1], mais cela n'a pas apporté de gains financiers aux programmeurs des virus. Les générations de virus suivantes, dont le virus Redbrownser, ont été conçues par appât du gain : ils dérobaient de l'argent aux victimes en envoyant des SMS à des numéros surtaxés[3].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les MMS n'était pas illimités dans les forfaits en 2005. Par exemple, en France, ils étaient souvent facturés 30 centimes par MMS.

RéférencesModifier

  1. a b c et d Mikko Hypponen, « Les virus à l'assaut des téléphones mobiles », Pour la science, no 351,‎ , p. 36-42
  2. a et b « Virus : les téléphones mobiles face à un nouveau CommWarrior », sur http://www.generation-nt.com, (consulté le 13 juillet 2016)
  3. a b et c Axelle Apvrille, « Le Premier Virus sur Téléphones Mobiles Fête ses 10 ans », sur http://www.afjv.com, (consulté le 12 juillet 2016)

Articles connexesModifier