Coenagrion scitulum

espèce d'insectes

Agrion mignon

Coenagrion scitulum
Description de cette image, également commentée ci-après
Agrion mignon (mâle).
Classification selon Catalogue of Life
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Classe Insecta
Ordre Odonata
Famille Coenagrionidae
Genre Coenagrion

Espèce

Coenagrion scitulum
(Rambur, 1842)[1]

Synonymes

  • Agrion scitulum Rambur, 1842[1],[2]
  • Coenagrion distinctum Rambur, 1842[3],[2]

Statut de conservation UICN

(LC)
LC : Préoccupation mineure

Coenagrion scitulum, l'Agrion mignon, est une espèce d'insectes odonates zygoptères (demoiselles) de la famille des Coenagrionidae et du genre Coenagrion, originaire d'Europe du Sud, vivant auprès des eaux stagnantes.

SystématiqueModifier

L'espèce Coenagrion scitulum a été décrite pour la première fois en 1842 par l'entomologiste français Pierre Rambur sous le protonyme d’Agrion scitulum[2].

DescriptionModifier

 
Agrion mignon, vu du dessus.

MorphologieModifier

L'abdomen du mâle mesure 20–27 mm ; celui de la femelle 21–26 mm. Les ailes postérieures du mâle mesurent 14–19 mm ; celles de la femelle mesurent 15–20 mm[1].

Le corps est bleu et noir, parfois vert chez la femelle. Chez le mâle, le dessin typique du deuxième segment de l’abdomen est en forme de U large à la base et connecté à l’extrémité du segment, rappelant la tête d’un chat. Les cercoïdes sont plus longs que les cerques. Les ptérostigmas sont de couleur brun pâle. Les ailes sont repliées au repos[1].

Confusions possiblesModifier

L'espèce est très proche de Coenagrion caerulescens. La forme du prothorax des femelles et les appendices abdominaux des mâles sont caractéristiques[1].

Biologie et écologieModifier

 
Accouplement d'Agrions mignons.

Cette espèce se trouve dans les eaux stagnantes bien ensoleillées avec une abondance de plantes aquatiques comme les myriophylles. Les habitats typiques sont les étangs, les mares et les marais mais elle peut également occuper certains bassins artificiels. Après l’accouplement, la ponte est effectuée en tandem avec le mâle dressé à la verticale. La phase larvaire dure de 6 mois à un an[1].

HabitatsModifier

L'Agrion mignon a une large gamme d'habitats. Elle vit dans les eaux dormantes de surface, les lacs, étangs et mares mésotrophes permanents, les dunes côtières et rivages sableux, les lacs, étangs et mares eutrophes permanents, les plans d'eau construits très artificiels et les structures connexes, les pannes dunaires mouilleuses et humides, les eaux courantes de surface, les cours d'eau permanents non soumis aux marées, à débit régulier, les habitats côtiers, les zones bâties, sites industriels et autres habitats artificiels, les eaux stagnantes très artificielles non salées, les eaux de surface continentales[1]. On la trouve jusqu'à une altitude de 2 000 mètres[4].

RépartitionModifier

L'Agrion mignon a pour aire de répartition le Sud de l'Europe, du Portugal à l'Iran, particulièrement bien représenté en France et en Belgique[2].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Grand, D., Boudot, J.-P & Doucet, G. 2014. Cahier d’identification des Libellules de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Collection Cahier d’identification. Biotope, Mèze : 136 pp.
  • Grand, D. & Boudot, J.-P. 2006. Les Libellules de France, Belgique et Luxembourg. Collection Parthénope. Biotope, Mèze : 480 pp.
  • Dijkstra, K.-D. B. 2007. Guide des libellules de France et d'Europe. Les guides du naturaliste. Delachaux & Niestlé, Paris : 320 pp.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :