Ouvrir le menu principal

Clemens Timpler (né en 1563 ou 1564 à Stolpen, mort le 28 février 1624 à Steinfurt) est un philosophe, physicien et théologien allemand. Enseignant au Gymnasium Arnoldinum, il compte, avec Jakob Schegk, parmi les métaphysiciens notables qui s'efforcent de renouveler la scolastique calviniste à l'époque baroque. Il engage notamment un dialogue polémique avec le jésuite Francisco Suárez, lorsque ce dernier introduit la notion d'ens rationis[1] dans le champ de la métaphysique. En effet, il radicalise l'innovation conceptuelle de ce dernier en affirmant que c'est l'intelligibilité qui détermine l'objet de cette discipline, ce qui va à l'encontre de toute la tradition aristotélicienne[2]. Dans son ouvrage Metaphysicae systema methodicum, il développe une théorie de l'être originale, subdivisant l'existence et la durée en attributs relatifs et absolus, s'intéressant avec précisions à l'angéologie et à la théologie naturelle, par différence avec les autres réformés. Ses thèses suscitent cependant de vives controverses et ne rencontrent qu'un écho limité dans le temps[3].

BibliographieModifier

  • Joseph S. Freedmann, Euroepan Academic Philosphy in the Late Sixteenth and Early Seventeenth Centuries : The Life, Significance, and Philosophy of Clemens Timpler (1563/4-1624), Hildesheim, Georg Olms, 1988, 2 vol. (934 p.)

PublicationsModifier

  • Metaphysicae systema methodicum. Steinfurt, 1604

Notes et référencesModifier

  1. Issu du vocabulaire médiéval, la notion « Ens rationis » renvoie à un objet de la raison, par différence avec une chose considérée de manière indépendante.
  2. A. Meinong, (présentation de Jean-François Courtine), Théorie de l'objet et présentation personnelle, Vrin, 1999, p. 49-50
  3. Heinrich Schepers, « Le XVIIe siècle allemand », dans Yvon Belaval (dir.), Histoire de la philosophie, vol. 1, t. II, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais » (no 339), , p. 423-424