Ouvrir le menu principal

Claude Calame, né à Lausanne en 1943, est un helléniste et anthropologue suisse, auteur de travaux sur la mythologie grecque et sur la société de la Grèce antique. Il a des activités militantes dans plusieurs partis et associations de la gauche anticapitaliste.

Sommaire

BiographieModifier

Formation

Claude Calame fait des études de lettres classiques à l'université de Lausanne[1], effectuant plusieurs séjours à Paris et à Londres.

Carrière

De 1970 à 1974, il est chargé de cours de grec ancien à l'université d'Urbino, en Italie.

De retour à Lausanne, il y enseigne dans un lycée de 1975 à 1984. Il obtient un doctorat d'État en 1977. Pendant l'hiver 1981-1982, il effectue une recherche de terrain dans la région du Sepik, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans le cadre de recherches en anthropologie.

De 1984 à 2003, il est professeur de langue et littérature grecques à l'université de Lausanne. Durant cette période, il part à plusieurs reprises enseigner à l'étranger, notamment à l'université Yale aux États-Unis.

En 1998-1999, il devient professeur à l'École des hautes études en sciences sociales à Paris et est titularisé en 2001. Il est alors rattaché au Centre Louis-Gernet de recherches comparées sur les sociétés anciennes.

Orientation épistémologique

Les travaux de Claude Calame tendent à mêler à la démarche philologique des études classiques les apports de l'anthropologie et de la sémiotique. Son approche des mythes grecs, largement influencée par la pragmatique, attache une grande importance aux contextes de leur énonciation ; elle revendique en cela sa distance par rapport au structuralisme lévi-straussien[2].

Activités politiques et militantes

Claude Calame est membre du conseil scientifique d'ATTAC, de la Ligue des droits de l'homme, d'Ensemble (Paris 11e), de SolidaritéS (Suisse), un parti politique de gauche anticapitaliste, et du bureau de SOS-Asile (Lausanne)[3].

Dans un article du 13 novembre 2018 dans le journal Le Courrier [4], Claude Calame juge que Shlomo Sand émet une « critique fondée du mythe du peuple juif » alors que ce dernier s'appuie sur la thèse de l'origine khazare des Ashkénazes, qui est la source de controverses historiques. Il ajoute que le professeur d'histoire du judaïsme Jacques Ehrenfreund a été nommé « à l'issue d'une candidature contestée et imposée à la Faculté de théologie », ce que réfutent le 21 novembre 2018 le professeur honoraire Pierre Gisel[5] et le 5 décembre 2018 Marc de Perrot, Secrétaire général de l'Université de Lausanne [6].

PublicationsModifier

OuvragesModifier

  • Les Chœurs de jeunes filles en Grèce archaïque, 2 vol., Roma (Ateneo), 1977, 506 + 212 pages
    • traduction en anglais : Choruses of Young Women in Ancient Greece, Lanham - New York - Oxford, Rowman & Littlefield, 1996 ; 2e éd.: 2001. [lire en ligne]
  • Alcman. Texte critique, témoignages, traduction et commentaire, Roma (Ateneo) 1984, LXV + 638 pages.
  • Le Récit en Grèce ancienne. Énonciations et représentations de poètes, Paris, Klincksieck coll. « Méridiens », 1986, 222 pages (trad. it.: Roma – Bari, Laterza, 1988; éd. revue et trad. angl.: Ithaca NY - London, Cornell University Press, 1995; 2e éd. revue et augmentée:Paris, Belin, 2000, 302 p.).
  • Thésée et l'imaginaire athénien. Légende et culte en Grèce classique, Lausanne, Payot, 1990, 480 pages (2e éd.: 1996).
  • L'Éros dans la Grèce antique, Paris (Belin) 1996, 256 pages (2e éd. augmentée: 2001 ; éd. de poche : 2009; trad. it.: Roma – Bari, Laterza, 1992; trad. angl.: Princeton, Princeton University Press, 1999; trad. esp.: Madrid, AKAL, 2002; trad. roumaine : Bucarest, Symposion, 2004 ; traduction grecque : Athènes, Métaichmio, 2006).
  • Mythe et histoire dans l'Antiquité grecque. La création symbolique d'une colonie, Lausanne, Payot, 1996, 185 pages (trad. it.: Dedalo, Bari, 1999; trad. angl.: Princeton, 2003).
  • Poétique des mythes en Grèce antique, Paris, Hachette, 2000, 288 pages (trad. angl. : Cambridge, Cambridge University Press, 2009).
  • Masques d’autorité. Fiction et pragmatique dans la poétique grecque, Paris, Les Belles Lettres, 2005, 338 pages (trad. angl. : Ithaca NY – London, Cornell University Press, 2005).
  • Pratiques poétiques de la mémoire. Représentations de l’espace-temps en Grèce ancienne, Paris, La Découverte, 2006, 322 pages (trad. angl. : Cambridge Mass. – London, Harvard University Press : 2009).
  • Sentiers transversaux. Entre poétiques grecques et politiques contemporaines, Paris, Jérôme Millon éd., 2008, 332 pages.
  • Qu'est-ce que la mythologie grecque?, Paris, Gallimard, 2015, 736 pages. (table des matières)

Ouvrages collectifsModifier

  • Rito e poesia corale in Grecia. Guida storica e critica, Roma-Bari (Laterza) 1977, 217 pages.
  • L'amore in Grecia, Roma-Bari (Laterza) 1983, XL + 310 pages (quatre éditions).
  • Métamorphoses du mythe en Grèce antique, Genève (Labor & Fides) 1988, 231 pages.
  • Le Discours anthropologique. Description, narration, savoir, Paris (Méridiens Klincksieck) 1990, 306 pages (2e éd.: Lausanne, Payot, 1995), avec Jean-Michel Adam, Marie-Jeanne Borel et Mondher Kilani.
  • Figures grecques de l'intermédiaire, Lausanne-Paris (Études de Lettres-Belles Lettres) 1992, 146 pages.
  • Philosophes et historiens anciens face aux mythes, Lausanne-Paris (Études de Lettres-Belles Lettres) 1998, 154 pages, avec David Bouvier.
  • La Fabrication de l'humain dans les cultures et en anthropologie, Lausanne (Payot-Études de Lettres) 1999, 168 pages, avec Mondher Kilani.
  • Figures de l’humain. Les représentations de l’anthropologie, Paris (Éditions de l’EHSS) 2003, 360 pages, avec Francis Affergan, Silvana Borutti, Ugo Fabietti, Mondher Kilani, Franco Remotti.
  • Identités d’auteur dans l’Antiquité et la tradition européenne, Grenoble (Millon) 2004, 198 p., avec Roger Chartier.
  • Poétique d’Aristophane et langue d’Euripide en dialogue, Lausanne-Paris (Études de Lettres-Belles Lettres) 2004, 142 pages.
  • Comparer les comparatismes. Perspectives sur l’histoire et les sciences des religions, Paris – Milano (Edidit – Arché) 2006, 242 p., avec Maya Burger.
  • Identités de l’individu contemporain, Paris (Textuel) 2008, 160 pages.

BibliographieModifier

  • Yves Gerhard, André Bonnard et l'hellénisme à Lausanne au XXe siècle, Vevey : Editions de l'Aire, 2011

Notes et référencesModifier

  1. CV et bibliographie sur le site de l'université de Lausanne. PDF en ligne.
  2. Poétique des mythes dans la Grèce antique, p. 14-15.
  3. blog de Claude Calame, mediapart.fr
  4. La Nakba censurée, lecourrier.ch, 13 novembre 2018
  5. Le Rectorat a suivi l’avis de la commission, lecourrier.ch, 21 novembre 2018
  6. Nomination au terme d’une procédure régulière, lecourrier.ch, 5 décembre 2018

Voir aussiModifier