Christine Defraigne

femme politique belge

Christine Defraigne
Illustration.
Christine Defraigne en février 2015.
Fonctions
Première échevine de Liège[N 1]
En fonction depuis le
(4 ans et 2 jours)
Élection
Prédécesseur Michel Firket
Présidente du Sénat de Belgique

(4 ans, 1 mois et 19 jours)
Réélection

Prédécesseur Sabine de Bethune
Successeur Jacques Brotchi
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Liège (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique MR
Père Jean Defraigne
Diplômée de Université de Liège

Christine Defraigne, née le à Liège est une femme d'État belge de langue française, membre du Mouvement réformateur (MR) et présidente du Sénat de Belgique de 2014 à 2018.

BiographieModifier

Née le à Liège[1], Christine Defraigne est la fille de l'ancien député et ministre Jean Defraigne. Elle suit des études de droit à l'université de Liège, de laquelle elle sort licenciée en 1984. Devenue avocate au barreau de Liège, elle travaille comme assistante en droit fiscal à l’université de Liège, tout en conseillant le vice-Premier ministre chargé des Réformes institutionnelles, Jean Gol, au sein de son cabinet. Elle va s'engager au Mouvement réformateur (MR).

En 1989, Christine Defraigne est élue conseillère communale à Liège ; elle assume ce mandat jusqu'en 1994. Cinq ans plus tard, en 1999, elle est élue au Parlement wallon, avant d'être désignée présidente du groupe MR au Sénat, institution qu'elle a rejoint précédemment la même année ; elle dirige les sénateurs libéraux jusqu'en 2009. Un an plus tard, en 2010, elle est élue à la présidence de la Commission de la Justice au Sénat.

Le , quelques jours après la constitution d'un gouvernement de coalition dirigé par le libéral Charles Michel, Christine Defraigne est élue présidente du Sénat par ses pairs. Elle succède à Sabine de Bethune, et devient la troisième femme chargée de présider les travaux de la chambre haute du Parlement fédéral belge. Elle est réélue le .

Elle quitte la présidence du Sénat le 31 novembre 2018 pour prêter serment en tant qu'échevine à Liège trois jours plus tard. À cette occasion, elle confie au Soir les grandes difficultés qu'elle a rencontrées à l'intérieur de son parti depuis une dizaine d'années, dans le cadre de l'opposition entre les soutiens de Didier Reynders et ceux de Charles Michel. Elle critique aussi le parti séparatiste NVA, avec lequel le MR formait une coalition : « La NVA l’a dit, elle ne s’en cache pas, qu’elle venait pour tuer [le Sénat]. L’emblème du Sénat, c’est une couronne, et l’institution est liée à l’histoire fondamentale de la Belgique… Elle en a fait un fétichisme »[2].

Idées politiquesModifier

Christine Defraigne est considérée comme une des principales figures du courant progressiste au sein du Mouvement réformateur[3].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Chargée des Finances, de l'Urbanisme, du Patrimoine et du Bien-être animal de la Ville.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier