Cheval en Côte d'Ivoire

La présence du cheval en Côte d'Ivoire est récente, l'équitation y restant un sport marginal, non-traditionnel, et inaccessible à la grande majorité de la population. Le pays tente de développer son secteur de sports hippiques, et a remporté quelques victoires en sport équestre.

HistoireModifier

 
Vue de Kong en 1892.

La Côte d'Ivoire n'a pas de tradition équestre, la pratique de l'équitation y étant récente[1],[2]. Néanmoins, François Amichia, ministre des Sports et des Loisirs, a annoncé en 2017 vouloir faire la promotion de l'équitation[1].

PratiquesModifier

Les sports équestres et hippiques sont gérés par la Fédération ivoirienne de sports équestres (FISE), présidée par Ismaël Doukouré, puis par Stéphane Ougnin[3], et qui compte 750 licenciés en 2017[1],[2]. Cette fédération ivoirienne n'est pas reconnue par la Fédération équestre internationale[3].

Le pays compte quelques centres équestres (dont deux à Abidjan[2]), souvent réservés à une élite fortunée, l'équitation ne figurant pas parmi les sports importants de la Côte d'Ivoire[1]. Le matériel équestre est importé[2]. L'équipe de Côte d'Ivoire a remporté la Coupe du monde des clubs en saut d'obstacles en 2014, et a décroché un bon classement en 2017[2].

Un premier Grand Prix de sport hippique affilié à la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CÉDÉO) a été couru sur le stade municipal de Grand-Bassam, près d'Abidjan, le , attirant 48 cavaliers venus de 4 pays[1],[4].

Le pays s'est doté d'une police montée en , associée à des chevaux espagnols toisant entre 1,60 m et 1,75 m[5]. Les cavaliers se sont entraînés au centre équestre « Les crinières d'ivoire », près d'Abidjan[6].

Les paris hippiques en bar PMU existent en Côte d'Ivoire, mais ne sont pas populaires ni répandus[7]. La construction d'un hippodrome est prévue à Grand-Bassam[1].

ÉlevageModifier

La base de données DAD-IS ne cite aucune race de chevaux élevée en Côte d'Ivoire[8].

Les centres équestres locaux disposent d'une cavalerie mêlant chevaux africains et européens, de races Arabe, Pure race espagnole, Pur-sang, Selle français, Trotteur français, Appaloosa, Shetland et Falabella[2].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f « Galop d'essai pour un premier GP équestre en Côte d'Ivoire », sur VOA (consulté le 22 mai 2019).
  2. a b c d e et f Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Côte d'Ivoire 2018/2019, Petit Futé, coll. « Country Guides », 552 p. (ISBN 979-10-331-7780-7), « À cheval ».
  3. a et b Adolphe ANGOUA, « Fédération ivoirienne des sports équestres : Des cavaliers en colère, le président Ouegnin veut mettre de l’ordre », sur www.linfodrome.com, (consulté le 22 mai 2019)
  4. « Sports équestres: La Côte d'Ivoire reine de la Cedeao | Sport-ivoire.ci », sur www.sport-ivoire.ci (consulté le 22 mai 2019).
  5. « Police Nationale: La Police Montée, la nouvelle unité d’intervention à cheval », sur Abidjan.net (consulté le 22 mai 2019).
  6. « Reportage: A la découverte de la Police Montée, nouvelle unité d’intervention à cheval », sur Abidjan.net (consulté le 22 mai 2019).
  7. « Ma folle journée dans un PMU d'Abidjan », sur Slate Afrique (consulté le 22 mai 2019).
  8. (en) « Côte d'Ivoire : Horse - Browse by country and species », sur www.fao.org, Domestic Animal Diversity Information System (DAD-IS), Food and Agriculture Organization of the United Nations (consulté le 13 mai 2019)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Lien externeModifier