Charlotte Béquignon-Lagarde

première femme magistrate française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lagarde.
Charlotte Béquignon-Lagarde
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
Veyrier-du-LacVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Charlotte BéquignonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Yves Béquignon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Gaston Lagarde (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Charlotte Béquignon-Lagarde est une juriste et magistrate française née le à Lille et morte le [1].

Elle est la première femme à accéder à la magistrature en France[2].

BiographieModifier

Après son baccalauréat, Charlotte Béquignon-Lagarde s'inscrit à l'université de droit de Caen, où elle obtient sa licence en 1922. Elle poursuit ses études de droit privé et soutient sa thèse sur « La dette de monnaie étrangère » en 1925.

Elle enseigne le droit à Rennes de 1928 à 1944, période au cours de laquelle elle est la première femme à obtenir l'agrégation de droit privé, à 31 ans[3].

Le , une loi est votée, qui dispose que « tout Français, de l’un et l’autre sexe, peut accéder à la magistrature ». Charlotte Béquignon-Lagarde est intégrée à la magistrature par décret en date du en vertu d'une disposition permettant de nommer un professeur des universités au sein de la Cour de cassation. Elle est affectée à la chambre sociale de la Haute Cour.

Elle est également membre du Tribunal des conflits à partir de 1959, puis vice-présidente de cette juridiction jusqu’en 1965.

Depuis le , la salle d’audience de la première chambre civile du Tribunal de Paris porte son nom[4].

Notes et référencesModifier

  1. « Charlotte Béquignon-Lagarde (1900-1993) », sur data.bnf.fr (consulté le 20 mars 2019)
  2. « Charlotte Béquignon-Lagarde : qui était la première femme magistrate française ? », sur www.jss.fr (consulté le 20 mars 2019)
  3. « L'esprit des faiseurs de lois », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mars 2019)
  4. « Le nouveau procureur de Paris et les symboles », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mars 2019)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier