Charles de Faultrier du Fay

militaire français

Charles de Faultrier du Fay, ou Dufay, seigneur de Malleval, mort en 1693, est un général français.

Charles de Faultrier du Fay
Biographie
Décès
Activité
Autres informations
Grade militaire

BiographieModifier

 
Siège de Philippsburg.

Il sert pendant 28 ans au régiment d’infanterie d’Harcourt. Il y devient lieutenant-colonel. Il se démet de cette charge lorsqu’il est nommé, le , lieutenant de roi de Courtrai. En 1670, il est nommé à Tournai[1].

Le , il devient gouverneur de Philippsburg, sur le Rhin. En cette même année, il est nommé visiteur des troupes d’infanterie de l’Artois, de la Flandre et du Hainaut[1]. Durant l’été 1674, il est impliqué dans le premier ravage du Palatinat, ordonné par Turenne[2].

Le , il obtient l’autorisation de lever le régiment Fay Dragons[3].

Le , il est assiégé dans Philippsburg par l'armée de Léopold Ier et des princes de l'empire, commandée par Charles de Lorraine[4]. Du Fay défend la place durant quatre mois. Il capitule le 9 septembre, pour le cas où il ne serait pas secouru avant le 17[5]. Il se rend le 17 septembre, et sort avec les honneurs de la guerre[6]. Il est nommé maréchal de camp le 1er octobre. Il devient alors gouverneur de Brisach et lieutenant général de roi[7] en Haute-Alsace[8].

En 1678, il se démet de son régiment, qui passe au marquis de La Lande[9].

Le , il devient gouverneur de Fribourg. Il le reste jusqu’à sa mort, en juin 1693[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c É. Franceschini, in Roman d’Amat et R. Limouzin-Lamoth (dir.), Dictionnaire de biographie française, Letouzey et Ané, 1967, t. XI, p. 1386.
  2. Le , dans une lettre à Louvois, Du Fay affirme avoir brûlé en quinze jours « treize petites villes, bourgs ou villages ». Il précise qu’« il ne restait plus âme qui vive dans aucun d'eux. » Service historique de l'armée de terre, Archives de la guerre, Al 414, 9 septembre 1674, Dufay à Louvois. Camille Rousset, Histoire de Louvois et de son administration politique et militaire, Didier, 1862-1864, t. II, p. 72. John Albert Lynn, Les guerres de Louis XIV : 1667-1714, Perrin, 2010, p. 387, note 36. Voir aussi Luc-Normand Tellier, Face aux Colbert : les Le Tellier, Vauban, Turgot et l’avènement du libéralisme, Presses de l’Université de Québec, 1987.Etext
  3. « Historique et filiation », sur anciens3rch-3rca.fr.
  4. « Le siège de Philippsbourg par l'armée de l'empereur et des princes de l'empire », sur europeana.eu.
  5. Émile Laloy, La Révolte de Messine : l’expédition de Sicile et la politique française en Italie (1674-1678), Klincksieck, 1929, t. III, chap. XIX, p. 1.
  6. « Insignes du 3e RCh », sur anciens3rch-3rca.fr.
  7. L’office de lieutenant général de roi ne doit pas être confondu avec celui de lieutenant général. Le lieutenant général de roi est subordonné au lieutenant général.
  8. C. d’E.-A., Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables : à la fin du XIXe siècle, Évreux, Hérissey, 1921, t. XVII, p. 162.
  9. « Mestre de camp de 1675 à 1788 », sur anciens3rch-3rca.fr. Jean Baptiste Jacques du Deffand, marquis de La Lande, épouse le celle qui va devenir l’épistolière madame du Deffand.

Article connexeModifier

3e régiment de chasseurs à cheval