Charles Maximilien de Belleforière

militaire français

Charles Maximilien de Belleforière
Naissance vers 1619
Décès 1679
Allégeance roi de France
Arme Infanterie et cavalerie
Grade Maréchal de camp et maître de camp de cavalerie
Commandement Gouverneur de Rue
Conflits Guerre de Trente Ans et Guerre de Dévolution
Faits d'armes Bataille de Lens (1648)
Distinctions chevalier de l'ordre du Saint-Esprit
Autres fonctions grand maître de la garde-robe et grand veneur de France

Emblème

Charles Maximilien de Belleforière de Soyécourt (vers 1619-1679), était un noble picard familier de Louis XIV.

BiographieModifier

FamilleModifier

Charles Maximilien de Belleforière était le fils de Antoine Maximilien de Belleforière, marquis de Soyécourt et de Judith de Mesme. Il fut marquis de Soyécourt, baron d'Itres, comte de Tilloloy et Tupigny, seigneur de Roye et de Guerbigny et autres lieux. Il embrassa la carrière des armes.

Il épousa le , Marie-Renée de Longueil - fille du second président au Parlement de Paris, surintendant des finances, chancelier de la reine-mère Anne d'Autriche - dont il eut trois enfants:

  • Jean Maximilien de Belleforière-Soyécourt (après 1656-), colonel du Régiment de Vermandois, tué à la Bataille de Fleurus, pendant la Guerre de la Ligue d'Augsbourg,
  • Adolphe de Belleforière-Soyécourt (après 1656-), capitaine-lieutenant des gendarmes du Dauphin, tué lui aussi à la bataille de Fleurus et
  • Marie-Renée de Belleforière, seule héritière après la mort de ses frères, qui épousa, le , Thimoléon Gilbert de Seiglière réalisant ainsi l'union des deux familles.

Carrière militaireModifier

En 1648, il se distingua à la bataille de Lens et en 1652, il leva un nouveau régiment de Soyécourt. Il fut gouverneur de la ville et de la citadelle de Rue.

Le , il fut nommé Maréchal de camp puis grand maître de la garde-robe le de la même année. En 1661, il devint maître de camp de cavalerie et devint chevalier de l'ordre du Saint-Esprit.

Un courtisanModifier

Le , il fut nommé grand veneur de France et devint ainsi l'un des six grands officiers de la couronne. Familier de la cour, il garda la faveur de Louis XIV qui fit de lui son aide de camp lors des sièges de Tournai, Douai et Lille au cours de la Guerre de Dévolution.

Molière se serait inspiré de Charles Maximilien pour le personnage de Dorante dans sa comédie-ballet, Les Fâcheux. C'était le courtisan par excellence par son adresse, la distinction de ses manières, son originalité, sa magnificence[1].

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Aurélien Marty, Tilloloy : son église, son château, Montdidier, SERHAM, , 46 p. (ISBN 978-2-951-32203-5)

Liens internesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Aurélien Marty, Tilloloy : son église, son château, Montdidier, SERHAM, , 46 p. (ISBN 978-2-951-32203-5)