Charles Lennox (3e duc de Richmond)

3e duc de Richmond

Charles Lennox (), 3e duc de Richmond et de Lennox, est un homme politique britannique, particulièrement connu pour ses idées en avance sur la question de la réforme parlementaire.

Charles Lennox
Image dans Infobox.
Fonctions
Secrétaire d'État pour le Département du sud (en)
Ambassadeur
Titres de noblesse
Duc de Richmond
-
Duc de Lennox
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Goodwood House (Westhampnett (en))Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Père
Mère
Sarah Lennox (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Lady Mary Bruce (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Henrietta Le Clerc (d)
Caroline Bennett (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Arme
Grade militaire
Conflit
Distinction
Duke of richmond.svg
Blason

BiographieModifier

Il est le fils de Charles Lennox, 2e duc de Richmond et Lennox, et de Lady Sarah Cadogan. Il est le petit-fils de Charles Lennox, 1er duc de Richmond et Lennox, un fils naturel qu'a eu le roi Charles II d'Angleterre avec Louise Renée de Penancoët de Keroual, duchesse de Portsmouth.

Il fait une vive opposition à Lord Bute et à George Grenville en 1763. Il devient secrétaire d'État dans le cabinet de Rockingham, puis, ayant quitté le pouvoir, préside les délégués des sociétés constitutionnelles de la Grande-Bretagne, qui voulaient la réforme parlementaire. Il est ambassadeur en France en 1765 et eut à résoudre les litiges nés de la pêche à Terre-Neuve.

Il occupe enfin le poste de grand maître de l'artillerie (1782-95).

Ce seigneur aimait beaucoup les arts : jouissant d'une immense fortune, il l'emploie à encourager les artistes ; il crée en leur faveur des cours gratuits et des prix annuels.

SourceModifier

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Charles Lennox (3e duc de Richmond) » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource)

Liens externesModifier