Charles Giron

peintre et critique d'art suisse

Charles Alexandre Giron, né le à Genève, et mort le à Genthod, est peintre et critique d'art suisse.

Charles Giron
Sargent, Charles Giron.jpg
John Singer Sargent, Charles Giron, localisation inconnue.
Naissance
Décès
(à 64 ans)
Genthod
Nom de naissance
Charles Alexandre Giron
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Maître
Mouvement
École genevoise
Distinction

BiographieModifier

Fils d'Antoine-Alexandre Giron, rentier, catholique venu d'Espagne en passant par la Sardaigne, et de son épouse Marie Henriod, huguenote neuchâtelloise, Charles Giron épouse Jeanne Antoinette Forget, dont le père Louis Ferdinand est un négociant, propriétaire de la villa Château-Banquet à Sécheron. Le couple aura trois enfants, dont Simone, qui épouse Louis de Pourtalès.

Charles Giron commence un apprentissage d'émailleur qu'il ne terminera pas. Il prend alors des leçons avec François Diday (1802-1877), et Barthélemy Menn (1815-1893) à Genève. En 1872, il se rend à Paris et fréquente les peintres suisses installés dans la pension de famille de l'hôtel de Nice, no 4 rue des beaux-arts[réf. nécessaire] avant de partager jusqu'en 1890 les ateliers successifs du peintre français Michel Maximilien Leenhardt. Il se lie ainsi d'amitié avec Gustave Henri de Beaumont (1851-1922) et Albert Bartholomé (1848-1928), qui lui offrira ses deux chiens dont il fera de nombreux croquis[réf. nécessaire]. Il entre dans l'atelier d'Alexandre Cabanel à l'École des beaux-arts de Paris.

Il débute au Salon de 1876 avec des portraits et des paysages.

En tant que critique d'art, il prend la défense du peintre Ferdinand Hodler.

Il travaille à Paris et à Cannes, puis rejoint la Suisse en 1896.

La ville de Genève a donné son nom à une rue et à une école.

ExpositionsModifier

  • Genève : Musée Rath : Musée de l'Athénée, 1957 (Cent ans de peinture genevoise : à l'occasion du centenaire de la Société des amis des beaux-arts)[1]

Œuvres dans les collections publiquesModifier

En France
En Suisse

RécompensesModifier

Notes et référencesModifier

  1. P.-F. S., « Cent ans de peinture genevoise », Journal de Genève,‎ (lire en ligne)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Dictionnaire Bénézit.
  • Article Charles Giron dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne..
  • C. J. Villa, Charles Giron, mémoire licence à Genève, 1997, avec liste des œuvres.
  • Isabelle Laborie, Max Leenhardt (1853-1941) : vie et œuvres, mémoire de DEA d'histoire de l'art contemporain, soutenu sous la direction de Luce Barlangue-Rivet, université Paul Valéry-Montpellier III, octobre 1995.